Rumonge : L’ACPDH aux côtés des rapatriés et vulnérables du site Gahore




Par: Isanganiro , samedi 27 février 2016  à 21 : 01 : 48
a

Une centaine de ménages du site Gahore de la colline Mutambara en commune et province Rumonge vont désormais entreprendre des activités génératrices de revenus pour améliorer leurs conditions de vie. L’Association Communautaire pour la Promotion et la Protection des Droits de l’Homme(ACPDH) qui a lancé ce projet ce vendredi à Rumonge, l’exécutera sur deux ans.

Au total, 120 ménages sont concernés. Et c’est juste le nombre de ménages qui habitent ce site Gahore. Une somme d’argent variant entre 10000fbu et 50000fbu sera donnée à chaque ménage suivant l’activité génératrice de revenus présentée dans ce projet qui s’étendra sur 2016 et 2017 selon Sake Mathieu, Directeur Exécutif de l’ACPDH. Dans un premier temps, 60 ménages seront concernés et les autres suivront.

Sake Mathieu explique que ce site a été choisi pour avoir été visité depuis 2013 et que son association l’a trouvé très misérable qu’il fallait dans tous les cas l’assister. Un prix obtenu par cette association au Royaume-Uni en février 2015 est celui-là qui sert dans ce projet d’appui aux activités socio-économiques à petite échelle.

Selon le Directeur Exécutif de l’ACPDH, cette somme n’est pas aussi minime pour quelqu’un décidé à se développer. Il explique que certains hommes d’affaires aujourd’hui de renom ont commencé par la vente de petits articles comme les œufs, les arachides,…

Hatangimana Saouda, une femme qui vivait de son commerce ambulant de beignets, espère élever son capital avec cet appui et réaliser ainsi un profit relativement consistant. De son côté, Nzimbirinda Simon compte stopper de travailler pour autrui et s’occuper de son petit commerce.

Cette association promet de continuer la plaidoirie en faveur des autres rapatriés et vulnérables en dehors de ce site.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

383 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 14 %)

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise ,(popularité : 12 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 11 %)

Rumonge : Les personnes vivant avec le VIH/SIDA en difficultés,(popularité : 11 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 11 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 10 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 10 %)

Mwaro : La pression démographique, un défi à l’enseignement,(popularité : 10 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 10 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 10 %)