Muyinga-Les administratifs à la base s’attribuent les pouvoirs


Le Gouverneur de la province Muyinga interdit aux chefs de zones et aux chefs de collines de dépasser les limites de leurs compétences. Cette interdiction survient après des plaintes de certains administrés rapportant l’immixtion de ces administratifs dans le judiciaire.



Par: Isanganiro , lundi 29 février 2016  à 13 : 06 : 45
a

Des chefs de zones et chefs de collines concentrent les pouvoirs exécutif et judiciaire, reconnaît Aline Manirabarusha, Gouverneur de la province Muyinga. Certains de ces responsables de l’administration à la base tranchent des cas de différends qui devraient être gérés par le pouvoir judiciaire comme les litiges fonciers.

Lors d’une réunion de sécurité la semaine dernière en commune de Gashoho, certains intervenants ont révélé que, parfois, ces administratifs se penchent sur les dossiers d’infraction comme le vol, les destructions méchantes de champs...

On ne peut pas saisir la justice si l’administratif n’a pas encore tranché, a-t-on appris de Rogatien Nibigira croisé devant le parquet de Muyinga. On saisit les instances judiciaires quand on est pas satisfait des décisions de l’administratif de son ressort, affirme le même citoyen.

Certains chefs de collines indiquent qu’il est difficile de fermer les yeux sur une affaire qui surgit dans sa localité. Nous sommes des gestionnaires de tous les dossiers dans notre communauté, déclare un administratif sous couvert d’anonymat. Parfois, on intervient pour réconcilier les parties en conflit et l’on nous accuse d’ingérence dans les affaires de la justice, justifie la même source.

Ils abusent de leur pouvoir et perçoivent des amandes injustement, attitude inadmissible d’après le Gouverneur de la province Muyinga qui a formellement défendu les chefs de zones et chefs de collines de ne plus dépasser les limites de leur compétence.

Cette autorité demande à ses subalternes de se ressaisir et s’occuper plus des questions sécuritaires, se focaliser sur les travaux de développement et la lutte contre la fraude. Dans tous leurs ajustements, ils sont interpellés à collaborer avec les organes compétents, martèle le Gouverneur de la province Muyinga.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

507 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Burundi : Des condoléances suite à la mort de l’ancien « terroriste », et médiateur Nelson Mandela ,(popularité : 6 %)

Les communes de la Mairie seront Muha, Mukaza et…mais ,(popularité : 5 %)

QPN : Les élections présidentielles se sont déroulées « dans le calme et dans la transparence »,(popularité : 4 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 4 %)

L’Est de la RDC, fief des opposants et des pros du pouvoir de Bujumbura ,(popularité : 4 %)

Quelle est la racine du mal pour l’Uprona ?,(popularité : 3 %)

‘’ L’appel des leaders politiques en exil au retour au pays est une intrigue’’,(popularité : 3 %)

Peut–on parler de campagne électorale ?,(popularité : 3 %)

Le frodebu demande au président Nkurunziza de sortir de son silence ,(popularité : 3 %)

Moïse Bucumi a eu raison sur la chambre basse,(popularité : 3 %)