Benjamin Mkapa en visite au Burundi




Par: Isanganiro , vendredi 18 mars 2016  à 22 : 53 : 00
a

L’ancien président de la Tanzanie et nouveau médiateur dans la crise burundaise Benjamin Mkapa était en visite à Bujumbura ce vendredi où il a rencontré dans la matinée le président burundais Pierre Nkurunziza.

Ce nouveau médiateur aux côtés du président ougandais Yoweri Museveni a indiqué à la presse qu’il voulait s’enquérir de la situation dans le pays avant le début du dialogue entre burundais.

"Je suis venu ici pour m’imprégner de la situation du pays au cours des dix dernières années et m’informer de sa compréhension", a-t-il déclaré à la presse après sa rencontre avec le Président Nkurunziza.

Benjamin Mkapa a apprécié la paix et la stabilité qui ont caractérisé les dix dernières années comme dividende de l’Accord de paix et de réconciliation d’Arusha de 2000, qui avait permis le processus électoral en 2005 qui a porté l’ancien mouvement rebelle, le CNDD-FDD, au pouvoir.

Alors que la tension monte entre le Burundi et le Rwanda, le premier accusant ce dernier de contribuer à la destabilisation du pays, le président Mkapa espère mettre fin à "toute spéculation bête sur les possibilités de la violence, la confrontation ou même la guerre entre les membres de la Communauté Est Africaine parce que nous sommes tous de la communauté et nous sommes des voisins et devons vivre en paix, coopérer et nous développer ensemble ".

De son côté, le président Pierre Nkurunziza est confiant que Benjamin Mkapa usera de son expérience qu’il a avec le Burundi pour aider à réconcilier les parties en conflit. Il indique lui avoir signifié la volonté du gouvernement d’élargir le dialogue pour inclure d’autres Burundais vivant à l’extérieur du pays.

Le Président Nkurunziza a eu l’occasion de discuter avec lui de la tension entre le Burundi et le Rwanda et espère que cela permettra d’identifier toutes les potentielles parties prenantes dans le conflit.

"Nous lui avons expliqué l’ingérence du Rwanda dans la politique interne du Burundi et nous espérons une fois que le processus de dialogue commence à l’extérieur du pays cette question sera prise en compte afin de stabiliser notre pays », a déclaré Nkurunziza.

Benjamin Mkapa a déclaré qu’il a déjà rencontré d’autres présidents de la sous-région notamment les présidents rwandais et ougandais Paul Kagame et Yoweri Kaguta Museveni, toujours au sujet de la crise au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

728 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par weah Mazalendo   ce  samedi 19 mars 2016   à 15 : 17 : 30

Beaucoup de burundais voient les autorités burundaises non élues et par consequent non-représentante de l’intérêt du citoyen. Il faut une résolution à partir du fond du problème et non de ses consequences. Rappeler le president Mpkapa que personne dans le monde n’a approuvé l’issue des élections de 2015 au Burundi alors que les burundais ont opté la voie démocratique pour accéder au pouvoir. C’est donc la pratique du contraire de ce principe qui est la source de l’actuelle guerre et violences au Burundi. Si la tête du poisson est pourrie, le reste n’est plus comestible. C’est la cas typique au Burundi. La preoccupation de l’actuel gouvernement est contesté par le monde entier et nous pensons que tout ce monde n’a rien contre ce pays. L’Eglise, l’UA, ONU, UE sans oublier ses propre citoyens aspirant une paix durable et un développement pour tous les fils et filles du Burundi. Les intérêts qui n’avancent pas le pays sont à banir dans cette négociation. La question des élections de 2015 est sans doute le thème simple au vue des rapport des observateurs nationaux et internationaux déployés mais que le gvt essaie de tourner comme légitime et commencer à accuser les autres comme des ennemis notamment le Rwanda. Que va chercher le Rwanda au Burundi ? Le gouvernement non élu devrait cesser cette diversion et attaquer correctement son problème interne. Ce même gouvernement va dire que l’EU a pris des sanctions injustes. Le people doit comprendre que la légitimité d’un gouvernement doit d’abord passer par les élections libres et transparentes. Celles de 2015 ne l’étaient pas et c’est le noyau des malheurs que beaucoup des burundais surtout de la capital sont victimes y compris les 300000 réfugiés et PDI.Cela doit être débattu dans les négociations. Arusha et la vision du rédacteur de la constitution doivent être les support pour éclairer les négociateurs et les médiateurs. Le médiateur doit comprendre que ce gouvernement est issu de la sémantique de l’interprétation de ces documents.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 10 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 7 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 7 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 4 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 4 %)

Muyinga : La Tanzanie et le Burundi clarifient leurs frontières ,(popularité : 3 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 3 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)

ONU : Soutenons ce pays en exigeant encore,(popularité : 3 %)