Cibitoke : Manque de confiance entre les forces de l’ordre et la population




Par: Isanganiro , mercredi 23 mars 2016  à 18 : 05 : 59
a

La confiance ne s’est pas encore rétablie entre les forces de l’ordre et la population de la zone urbaine de Cibitoke et Mutakura. Les habitants de cette zone affirment que même si la police avait promis que ces agents doivent se munir des badges et être avec des administratifs a la base lors des fouilles perquisitions ou arrestations, rares sont les cas où ils présentent leurs badges.

Les habitants de la zone urbaine de Cibitoke qui se sont exprimés affirment que rien n’a été changé si on se réfère au mode d’arrestation auquel ces forces de l’ordre procédaient avant. Cette population affirme qu’ils n’ont pas de badges et souvent ne se présentent pas avec les administratifs.

« Lorsqu’ils viennent pour les arrestations, ils viennent comme avant, on les reconnait par leurs tenues mais on ne peut pas identifier si c’est tel ou tel . Sur leurs tenues, il n’y a ni leurs numéros de matricules ni leurs noms », témoigne un des habitants de cette localité.

« La confiance est encore loin tant qu’ils ne présentent pas leurs éléments d’identifications », renchérit un autre.

La population de ces zones demande qu’il y ait des réunions avec les forces de l’ordre et de l’administration en vue de rétablir la confiance qui reste une problématique. Ils font savoir que ces réunions permettraient d’assainir les relations entre les deux parties.

Le chef de la zone de Cibitoke affirme qu’il tient des réunions a l’égard des différents représentants, les partis politiques, la population et les forces de l’ordre dans le but de rétablir cette confiance.

Toutefois, soutient Evode Nkeshimana, ce n’est pas tous les jours que les forces de l’ordre doivent se munir des badges ou être accompagnés des responsables administratifs.

« Si la police devrait informer l’administration qu’il y aura des fouilles perquisitions tel ou tel jour, il y aurait des fuites d’information.

Cet administratif affirme qu’aujourd’hui la cohabitation entre la population et la police est à une bonne étape au regard du temps passé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

703 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Gihanga : 12 vaches frisonnes du PNSADRIM mortes trois semaines après distribution



a

Burundi : Des accidents de roulage s’amplifient



a

Burundi : Condamnation à perpétuité contre un officier de police qui a tué sa femme



a

Bujumbura : La voierie urbaine rongée par des nids de poule



a

Bujumbura : des poteaux des feux tricolores sont menacés



a

Rumonge : Mugerangabo a débordé



a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail





Les plus populaires
Le Général Adolphe Nshimirimana tué,(popularité : 4 %)

La sécurité est relativement bonne sur le territoire national,(popularité : 4 %)

Un crime inédit mais vrai,(popularité : 3 %)

L’armée demande un soutien de la population pour lutter contre l’insécurité,(popularité : 3 %)

Cinquantenaire : Pierre Nkurunziza fait des éloges à l’armée nationale ,(popularité : 3 %)

Rwanda-Burundi : Une réunion de sécurité à Ngozi ,(popularité : 3 %)

L’absence de dos d’ânes sur la route est aussi source d’accident ,(popularité : 3 %)

Rançons sur le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

Le Burundi pour plus de troupes en Somalie,(popularité : 3 %)

La FDN demande des enquêtes impartiales sur la mort d’un journaliste en Somalie ,(popularité : 3 %)