Muyinga : des enfants de la rue, menace pour la sécurité


Environ cent enfants de la rue errent dans les rues du chef lieu de la province de Muyinga d’après le rapport du Comité Provincial de Protection des Enfants ﴾CPE﴿.Pour survivre, ces enfants vivent de la mendicité ou du vol.



Par: Isanganiro , mardi 5 avril 2016  à 15 : 01 : 29
a

Quatre –vint –sept enfants sans domicile ont été clairement identifiés dans les rues du chef lieu de la province de Muyinga, d’après un rapport du CPE. M. Plus de cent enfants vivent dans les rues de la ville de Muyinga, tous les enfants en situation de rue au chef lieu de la province et dans différents centres urbains de la province ne sont pas encore identifiés, précise Amiel UWIZERA Représentant légal de l’organisation AJVD Action des Jeunes Vulnérables pour le Développement.

Ces enfants proviennent de toutes les communes de la province de Muyinga .Une dizaine d’entre sont originaires des provinces de Kirundo , Cankuzo et Karuzi. Ils passent la journée à quémander de quoi manger, la nuit, ils logent devant le marché où se cachent derrière les bâtiments publics comme les écoles, les églises et les bâtiments servant de bureaux pour administratifs

Menace pour la sécurité

La présence de ces enfants de la rue dont quelques uns commencent à devenir majeurs constitue une menace pour la sécurité dans un avenir proche d’après M.MUTAMA Venuste, Président de l’Association REMA BIBONDO et membre du Collectif d’associations engagées dans la lutte contre les violations des droits des enfants.

Certains se livrent à la consommation des stupéfiants. Et pour trouver de quoi manger, ils se livrent à la mendicité, peut-on constater sur place. Nous pouvons aussi voler si la mendicité n’a rien apporté, nous a confié un garçon qui a comme domicile le barza des bâtiments la Direction Provinciale de l’agriculture et l’élevage de Muyinga, sous couvert d’anonymat.

Différentes raisons sont avancées par ces enfants pour justifier leur présence au chef lieu de la province Muyinga. Bon nombre d’entre eux ont été contraint à vivre dans la rue conséquemment à la perte des parents, d’après Madame Imelda BASEKE, Présidente du CPE. Selon elle, tous ne sont pas orphelins, quelques uns ont quitté le toit familial, maltraités par les marâtres, situation qui se présente pour les enfants de père polygame.

La pauvreté dans les ménages justifie aussi en partie ce phénomène d’après la même présidente de la CPE prônant la solution de recherche des ménages d’accueil pour réussir la réinsertion de ces enfants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

308 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 29 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 14 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 6 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 5 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 3 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 3 %)

Les étudiants bénéficiaires des bourses d’amitié sont mécontents,(popularité : 3 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 3 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 3 %)