L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier




Par: Désiré Nimubona , lundi 12 septembre 2011  à 08 : 17 : 12
a

L’alliance des démocrates pour le Changement au Burundi, une coalition de plus de 10 partis d’opposition, se voit obligée d’utiliser tout les moyens « politico-militaire et diplomatique » pour obliger Bujumbura de négocier, a souligné le président de l’Alliance des Démocrates pour le Changement, Léonce Ngendakumana.

« Le pouvoir a perdu sa légitimité à cause de son incapacité à gérer les questions relatives à la sécurité du pays, des citoyens et de leurs biens à cause de la mauvaise conception du pouvoir, de l’aggravation de la crise de confiance dans le pays, de la violation répétitive de la Constitution et les autres lois, de l’absence du leadership dans le pays, des violations massives des droits de la personne humaine et des liberté publiques, des pratiques de corruption et de détournement des deniers publiques, » a raconté dans une conférence de presse tenue ce mercredi matin à Bujumbura.

Ces partis espèrent quand même que le pouvoir ne pourra pas attendre l’usage de la force pour négocier avec les opposants politiques burundais, comme l’a souligné Léonce Ngendakumana.

Pour limiter les dégâts au Burundi surtout ces derniers jours, les partis de l’opposition trouvent « que les négociations inter-burundaises sont incontournables pour faire face à la triple menace(…) qui plane sur le pays, » a souligné le président de l’ADC-Ikibiri.

Cette menace dont il est question ici, selon l’ADC-Ikibiri, est la monté de la criminalité, la pauvreté extrême et l’enrichissement illicite des hauts cadres de l’Etat pendant que la majorité de la population croupisse dans la misère. Selon l’opposition burundaise, toutes les couches de la communauté nationale et internationale, les églises, la société civile, mêmes les diplomates accrédités à Bujumbura ont déjà montré leurs positions sur ces négociations, a t-il souligné.

Cette conférence de presse intervient au moment où l’ADC-ikibiri se souvenait de ce qu’il qualifie de « mascarades électorales » du 24 mai 2010, comme ces partis le font le 24 de chaque mois.

Le Conseil de sécurité avait appelé les partis d’opposition ce lundi à ne pas effrayer la population dans ces discours, de même que les médias et la société civile.

Ce même conseil avait souligné qu’il n’existe pas d’opposition armée au Burundi, chose qui vient d’être désavouée par ces partis d’opposition évoquant la présence de l’opposition armée, sans pour autant fournir plus de détails sur l’identité de ces combattants.

Les partis d’opposition se sont cependant servis de certaines citations de ce qu’ils qualifient d’opposition armée. C’est le cas d’une branche dénommée SOS « Guerre Civile –Tuvune ». Une autre organisation nouvelle a été évoquée et serait sous les ordres d’un député d l’EAC, Manassé Nzobonimpa. Il s’agit de la Coalition des Patriotes pour la Restauration de la Démocratie au Burundi. Cependant, cette dernière n’est pas connue comme un mouvement armé ou non.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1174 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 6 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 4 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 4 %)

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !,(popularité : 3 %)

Bujumbura voudrait amender quels articles dans la constitution ?,(popularité : 3 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 3 %)

Burundi : Le président Domitien NDAYIZEYE dans le viseur de parti présidentiel,(popularité : 2 %)

Burundi : La CENI proclame les résultats provisoires du récent référendum ,(popularité : 2 %)

La commission ad hoc de la CVR en panne ,(popularité : 2 %)