"Il est temps de mettre en œuvre les programmes nationaux de développement ’




Par: Isanganiro , mercredi 13 avril 2016  à 17 : 36 : 42
a

La transformation ne se fera pas spontanément, mais plutôt comme un résultat de politiques délibérées et cohérentes qui sont ancrées dans une stratégie de développement harmonisé et éclairé par le leadership transformationnel ». c’est ce que le Dr Carlos Lopes, Secrétaire exécutif des Nations Unies de la Commission économique pour l’Afrique, a dit lors de la Semaine africaine de développement et de la Conférence des ministres des finances, de la planification et de développement économiques lors de la séance de clôture à Addis-Abeba le 05 Avril 2016.

La réunion, convoquée par la Commission économique pour l’ Afrique (CEA) et la Commission de l’ Union africaine (CUA) et tenue du 31 Mars au 5 Avril a examiné les questions critiques ayant un impact de développement de l’ Afrique.

« Nous avons eu une semaine remplie de réunions, toutes axées sur la question centrale de notre temps : comment réaliser la transformation économique afin de changer la vie des hommes africains, femmes, enfants, jeunes et vieux, urbains et ruraux pour le mieux », a déclaré le Président de la CUA, Dr Nkosazana Dlamini-Zuma.

Les experts et les ministres ont convenu que l’ordre du jour 2063 et l’Agenda 2030 fournissent un cadre pour le continent pour la transition vers une nouvelle trajectoire de développement centré sur les personnes qui combine les considérations économiques, sociales et environnementales. Ils ont demandé aux institutions africaines clés - la CEA, la CUA et la Banque africaine de développement (BAD) d’élaborer un cadre de suivi et d’évaluation intégrée sur la mise en œuvre des deux.

"La mise en œuvre de l’Agenda 2063 va vraiment nous aider à atteindre les objectifs de développement durable pour mettre fin à la pauvreté, la faim zéro, une éducation de qualité, l’eau et l’assainissement, la protection de la planète, l’égalité des genres, la réduction des inégalités et d’assurer la prospérité pour tous », a déclaré le Dr Dlamini Zuma.

Les ministres et les dirigeants africains ont également convenu que de solides institutions financières continentales et sous-régionales, ainsi que des sources de financement multiples sont essentiels pour la mise en œuvre réussie du programme de transformation du continent. Les ministres des Finances ont approuvé l’opérationnalisation des trois institutions pan-africaines : la Banque centrale africaine, le Fonds monétaire africain et la Banque africaine d’investissement au cours de leur réunion.

Des mesures visant à freiner les flux financiers illicites ont été à nouveau un sujet brûlant. Prenant la parole à la conférence de presse de clôture, le Dr Dlamini-Zuma a posé la question : « Pourquoi ne pas parler à ceux qui détiennent les fonds illicites pour rapatrier l’argent ? »

Pendant ce temps, les délégués ont demandé des mesures intensifiées et un approfondissement des contacts avec les pays d’accueil, afin de faire face aux pratiques défavorables par les multinationales qui ont une incidence négative sur la population africaine.

Les ministres des finances, de la planification et du développement économique ont finalement adopté 17 résolutions pour soutenir les efforts de l’Afrique en faveur du développement durable.

Plusieurs rapports phares ont été lancés au cours de la Semaine africaine de développement.

Commentant ces rapports à la conférence de presse de clôture, Dr Lopes de la CEA a déclaré : « Nous contribuons à la production de connaissances qui est afro-centrée et ne présente pas ses excuses pour cela", ajoutant : "Le temps est venu d’accélérer la vitesse de transformation structurelle. La connaissance créée par ces rapports devrait « changer notre mentalité à transformatrices politiques".

En plus du dialogue sur l’application d’Action 2063 et les ODD, d’autres sujets ont été traités en événements parallèles axés sur la migration, l’investissement panafricaine, l’urbanisation, le financement, la protection sociale en Afrique et la mise en place d’un Institut africain pour les envois de fonds.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

543 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 5 %)

Vente des hypothèques : un autre tare dans le système bancaire Burundais,(popularité : 3 %)

L’Inde et le Burundi signent un mémorandum d’entente,(popularité : 3 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 3 %)

Les caféiculteurs appellent le Gouvernement à sauver le secteur café,(popularité : 3 %)

L’armée Burundaise, est elle capable de nourrir ses hommes ,(popularité : 2 %)

L’Agence Buundaise d’Investissement dresse un bilan positif et espère encore à un bon classement,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

BRB : Problème de liquidité,(popularité : 2 %)