Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Perriello : Le Gvn’t burundais doit permettre un dialogue inclusif




Par: Isanganiro , mercredi 20 avril 2016  à 12 : 22 : 22
a

Les Etats-Unis appelle le Gouvernement du Burundi à éviter de fixer des lignes strictes qui entraveraient un dialogue inclusif qui devrait inclure les membres de l’opposition pour mettre fin à la crise actuelle qui frappe le pays depuis près d’un an maintenant.

S’adressant aux journalistes lors d’une conférence de presse ce mardi dans la capitale Bujumbura, Thomas Perriello, l’envoyé spécial des Etats-Unis dans la région des Grands Lacs, a exprimé le soutien américain à l’ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, et espère que le nouveau médiateur pourra accélérer le processus pour arriver à une solution durable .

"Nous croyons à l’importance du dialogue facilité par la communauté est-africaine comme le seul chemin vers une solution politique de la crise actuelle et nous reconnaissons et saluons le leadership de l’ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa", a-t-il dit, ajoutant qu’il espère un début dans l’immédiat et une issue rapide du processus.

Thomas Perriello a exprimé son souhait de voir un processus de dialogue qui s’inscrit dans l’accord de paix et de réconciliation d’Arusha et 2000.

"Comme l’a dit le Conseil de Sécurité des Nations Unies, nous avons besoin d’un processus qui réaffirme au lieu de redéfinir l’Accord de Pax d’Arusha, non un accord qui aboutirait à une création des quartiers ou cités Arusha ici au lieu de se concentrer sur la croissance économique de la population", a-t-il souligné.

L’Envoyé spécial des Etats-Unis dans la région des Grands Lacs a toutefois exprimé son inquiétude sur, selon lui, des lignes strictes fixées par le gouvernement, des obstacles qui pourraient mettre de côté certains membres de l’opposition.

"Notre point de vue est que des questions légitimes peuvent être soulevées, mais si vous tracez des lignes strictes en disant que les putschistes ne sont pas autorisés et que toute personne avec qui vous êtes en désaccord devient putschiste, cela ne peut pas permettre un dialogue inclusif", a insisté Tom Perriello. Son pays, dit-il, a exprimé son souhait de voir certains membres de l’opposition jouir de la légitimité de participer dans le processus. Il demande que des conditions équitables soient fixées de manière à permettre à toutes les parties prenantes dans le conflit de se sentir en sécurité pour participer au processus.

Benjamin Mkapa a été nommé comme Co-médiateur lors du sommet ordinaire 17 des chefs communautaires Afrique de l’Est des Etats à Arusha en Tanzanie, le 2 mars 2016 pour diriger une équipe de médiation dans le dialogue inter-burundais, dans un effort pour mettre fin à la crise actuelle secouer le Burundi depuis Avril l’année dernière. Bien que la communauté internationale a exprimé son soutien, le président Mkapa est encore à faire des progrès dans le dialogue.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

358 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 38 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 20 %)

Frédéric Bamvuginyumvira est désormais provisoirement libre ,(popularité : 17 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 17 %)

Des manifestatations au centre ville de Bujumbura,(popularité : 17 %)

Manifestation avec cercueil par Guillaume Harushimana à la Rpa ,(popularité : 16 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 16 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 16 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 15 %)

Trois pays de la région disent oui au troisième mandat de Pierre Nkurunziza,(popularité : 13 %)