Perriello : Le Gvn’t burundais doit permettre un dialogue inclusif




Par: Isanganiro , mercredi 20 avril 2016  à 12 : 22 : 22
a

Les Etats-Unis appelle le Gouvernement du Burundi à éviter de fixer des lignes strictes qui entraveraient un dialogue inclusif qui devrait inclure les membres de l’opposition pour mettre fin à la crise actuelle qui frappe le pays depuis près d’un an maintenant.

S’adressant aux journalistes lors d’une conférence de presse ce mardi dans la capitale Bujumbura, Thomas Perriello, l’envoyé spécial des Etats-Unis dans la région des Grands Lacs, a exprimé le soutien américain à l’ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, et espère que le nouveau médiateur pourra accélérer le processus pour arriver à une solution durable .

"Nous croyons à l’importance du dialogue facilité par la communauté est-africaine comme le seul chemin vers une solution politique de la crise actuelle et nous reconnaissons et saluons le leadership de l’ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa", a-t-il dit, ajoutant qu’il espère un début dans l’immédiat et une issue rapide du processus.

Thomas Perriello a exprimé son souhait de voir un processus de dialogue qui s’inscrit dans l’accord de paix et de réconciliation d’Arusha et 2000.

"Comme l’a dit le Conseil de Sécurité des Nations Unies, nous avons besoin d’un processus qui réaffirme au lieu de redéfinir l’Accord de Pax d’Arusha, non un accord qui aboutirait à une création des quartiers ou cités Arusha ici au lieu de se concentrer sur la croissance économique de la population", a-t-il souligné.

L’Envoyé spécial des Etats-Unis dans la région des Grands Lacs a toutefois exprimé son inquiétude sur, selon lui, des lignes strictes fixées par le gouvernement, des obstacles qui pourraient mettre de côté certains membres de l’opposition.

"Notre point de vue est que des questions légitimes peuvent être soulevées, mais si vous tracez des lignes strictes en disant que les putschistes ne sont pas autorisés et que toute personne avec qui vous êtes en désaccord devient putschiste, cela ne peut pas permettre un dialogue inclusif", a insisté Tom Perriello. Son pays, dit-il, a exprimé son souhait de voir certains membres de l’opposition jouir de la légitimité de participer dans le processus. Il demande que des conditions équitables soient fixées de manière à permettre à toutes les parties prenantes dans le conflit de se sentir en sécurité pour participer au processus.

Benjamin Mkapa a été nommé comme Co-médiateur lors du sommet ordinaire 17 des chefs communautaires Afrique de l’Est des Etats à Arusha en Tanzanie, le 2 mars 2016 pour diriger une équipe de médiation dans le dialogue inter-burundais, dans un effort pour mettre fin à la crise actuelle secouer le Burundi depuis Avril l’année dernière. Bien que la communauté internationale a exprimé son soutien, le président Mkapa est encore à faire des progrès dans le dialogue.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

326 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message