ETB Bubanza, les élèves dénoncent les contributions énormes




Par: Isanganiro , lundi 25 avril 2016  à 20 : 53 : 12
a

Les élèves de l’école technique de Bubanza s’insurgent contre les contributions qui leurs sont infligées depuis des années. Après les frais de construction du dortoir des filles depuis bientôt sept ans, et les frais de livres et laboratoire, tous les élèves sont aujourd’hui obligés de payer 20 000 Fr chacun pour l’achat des matelas. Indignation totale chez les élèves qui disent ne pas comprendre comment ils pourraient payer tous ça.

"Je ne vois pas comment je vais continuer à étudier ici. Je trouve le minerval à peine pour venir à l’école. Je dois travailler pour quelqu’un pendant les vacances", indique Jean louis Nduwayo, orphelin de père et élève a l’ETB Bubanza, qui ajoute que l’argent qu’il gagne pendant les grandes vacances lui sert de minerval et l’achat des cahiers pour lui et pour ses petits frères. Il indique qu’il ne pourra pas avoir les 20 000 Fr exigés par la direction de l’école pour acheter les matelas l’année prochaine, tout comme beaucoup d’autres élèves contactés.

"L’école est aujourd’hui communautaire. Chacun doit contribuer. On ne peut pas compter tout sur l’État. Et puis, pourquoi toutes ces lamentations des élèves alors que la question a été beaucoup débattue dans des réunions inclusives !", précise Syldie Kameya, directeur technique à l’ETB Bubanza.

Il indique aussi que toutes les décisions concernant les contributions passent par des réunions qui se terminent par des consensus entre tous les intervenants : la direction de l’école, les représentants des parents et les élèves eux-mêmes.

Le directeur technique dit également que dès la rentrée scolaire 2016 – 2017, chaque élève, en plus du minerval, devra payer cette somme pour contribuer dans l’achat des matelas.

"Vous ne pouvez pas vous imaginer comment ils dorment ! Les matelas dont nous disposons, autour de six cent pour 1116 élèves internes ne sont que des haillons !" ajoute-t-il.

Concernant les élèves finalistes, Syldie Kameya révèle qu’ils doivent payer 5000 Fr chacun et au cours de ce troisième trimestre pour contribuer eux aussiavant de partir.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

346 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara





Les plus populaires
Une association chrétienne lance l’assurance vie pour motards et taxi vélo du Burundi ,(popularité : 6 %)

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 6 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 4 %)

Les étudiants bénéficiaires des bourses d’amitié sont mécontents,(popularité : 4 %)

Invectivé par la CNTB,(popularité : 4 %)

Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute ,(popularité : 4 %)

Le projet de loi sur la presse contre ‘’une génération sans Sida’’,(popularité : 4 %)

La culture des œuvres de la diaspora se cherche encore ,(popularité : 4 %)

L’OIM plaide pour des rapatriés Burundais,(popularité : 4 %)