CNS : renforcer les comités mixtes de sécurité pour combattre les fauteurs de trouble




Par: Isanganiro , jeudi 28 avril 2016  à 19 : 35 : 26
a

Le Conseil National de Sécurité du Burundi exhorte l’administration les forces de défense et de sécurité et la population de renforcer la vigilance afin de contrecarrer tout acte susceptible de nuire à la sécurité du pays.

Dans un communiqué de presse lu par le ministre burundais de la sécurité ce mercredi pour parler de la situation sécuritaire depuis le début de cette année 2016, le conseil indique que la sécurité dans le pays est généralement bonne à travers tout le pays, reconnaissant néanmoins que le mois de février été le plus sanglant, marqué par des attaques à la grenade dans certains quartiers de la capitale Bujumbura, occasionnant des pertes en vies humaines et des blessés parmi la population civile.

Pour le Conseil National de Sécurité, des actes de violences perpétrés ici et là surtout dans la capitale Bujumbura n’avaient d’autres visées que de ternir l’image du Burundi en vue de provoquer un déploiement d’une force étrangère.

" Ces attaques terroristes n’avaient d’autres visées que faire la publicité de leurs actes ignobles pour montrer aux Burundais et la communauté internationale que la situation sécuritaire se détériore en vue d’un déploiement d’une force étrangère ", a dit Alain-Guillaume Bunyoni, ministre burundais de la sécurité.

Le Conseil national de sécurité condamne fermement les assassinats ciblés visant les membres des forces de défense et de sécurité, en l’occurrence celui du Général de Brigade Athanase Kararuza et sa femme survenu dans la matinée du 25 Avril, 2016.

Alain-Guillaume Bunyoni a indiqué que l’objectif de ces assassinats n’est qu’une volonté de détruire la cohésion au sein des forces armée, leur remerciant de rester unies.

"Le Conseil National de Sécurité remercie vivement les corps de défense et de sécurité qui sont restés soudés et unis afin de ne pas tomber dans le piège de l’ennemie qui ne vise qu’à détruire leur cohésion, socle de l’intégration réussie et par conséquent la stabilité de la nation tout entière.

Le conseil de sécurité s’est attaqué aux rapports produits par certaines organisations tant nationales qu’internationales qui, selon ce conseil vise à ternir l’image du pays.

"Le Conseil déplore le comportement de certaines organisations nationales et internationales qui ne cessent de produire des rapports non fiables et tendancieux sur la situation des droits de l’homme dans le but de discréditer les institutions en place", a dit le ministre Bunyoni.

Ces rapports sont généralement contradictoires avec ceux produits par les instances gouvernementales burundaises et avancent des faits et chiffres grossis par rapport à ceux du gouvernement sur la crise qui frappe le pays depuis une année.

Il exhorte un renforcement des comités mixtes de sécurité dans tous les quartiers, ainsi que tous les villages à travers le pays et une coopération entre l’administration, les forces de défense et de sécurité et la population pour consolider la sécurité et déjouer toute tentative d’acte nuisible par ceux qu’il a qualifiés de "terroristes" qui, selon Bunyoni au nom du Conseil National de Sécurité, "ont opté pour des actes terroristes en attaquant des personnes innocentes dans leurs maisons, les églises, les écoles, les bistrots, sur les marchés, les voies publiques et ailleurs", après qu’ils ont "perdu du terrain politique et étant incapables d’affronter les forces de défense et de sécurité".




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

367 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 18 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 3 %)

Affaire Bamvuginyumvira : Le pouvoir devrait privilégier le débat ,(popularité : 2 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 2 %)

La CSTB en contradiction avec les lois en vigueur au Burundi,(popularité : 2 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 2 %)

La politique de décentralisation reste lacunaire selon le Senat ,(popularité : 2 %)

Mbonabuca s’attaque aux médias et à la société civile ,(popularité : 2 %)

La chambre basse du parlement a-t-elle été convaincue ?,(popularité : 2 %)