« Le Gouvernement doit plus ou moins 10 milliards aux pétroliers », dixit le président de l’Olucome


La pénurie de l’essence observée ces derniers jours est liée aux impayés dus par le gouvernement Burundais aux importateurs du carburant, selon Gabriel Rufyiri.



Par: Isanganiro , lundi 9 mai 2016  à 17 : 04 : 41
a

Selon le président de l’Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques, OLUCOME, la pénurie du carburant constatée sur certaines des stations services de la mairie de Bujumbura et de l’intérieur du pays, s’expliquerait par la dette du gouvernement envers les importateurs du carburant qui s’élève à 10 milliards de FrBU, ce qui entraine aussi le manque de devises. « Il s’agit à peu près de 4 mois d’impayés pour toutes les sociétés pétrolières », a-t-il précisé.

Gabriel Rufyiri a fait savoir que pour pallier à ce problème de manque de devises, la Banque la République a mis sur le marche la semaine dernière a peu près 3 millions de dollars qui auraient été partagés entre plusieurs sociétés pétrolières et autres. Mais suite à problème d’impayés, les difficultés pour les societes pétrolières subsistent, a-t-il souligné. Pour cet activiste, en aucun cas cette pénurie ne se justifierait pas par la hausse des prix du carburant sur le marché international.

Le président de l’Olucome fait savoir que dans les pays pauvres comme le Burundi, les problèmes politiques vont toujours de paire avec les problèmes économiques. Pour lui, tous les intervenants dans le secteur pétrolier devraient s’asseoir ensemble et trouver l’issue a ce défi.

Le manque de devise est rejeté par le ministère en charge du carburant

Le ministère en charge de la gestion du carburant nie le manque de devises qui serait à l’ origine de la pénurie de l’essence. De même ce ministère a toujours réfuté cette pénurie. Il s‘agit des pratiques spéculatives et de sabotage de l’économie de certains intervenants dans ce secteur qui ont occasionné cette pénurie simulée selon le même ministère. Ce samedi 4 sociétés d’importation du carburant se son vues retirées leur licence d’importation. Il s’agit de Burundi petroleum, Imatco , Jet fuels et Meres petroleum.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

586 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 44 %)

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi ,(popularité : 13 %)

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau ,(popularité : 11 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 8 %)

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir",(popularité : 7 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 7 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 7 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 6 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 6 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 6 %)