La CRB demande une loi pour protéger son emblème




Par: Isanganiro , lundi 9 mai 2016  à 20 : 13 : 35
a

La journée mondiale de la Croix Rouge en date du 8 mai de chaque année, célébrée cette année sous le thème « Partout, en tout temps et pour tous » un évènement de grande envergure, tombe au moment où le Burundi baigne jour et nuit dans des circonstances nécessitant l’intervention de ces hommes en croix rouge. On citerait des cas de blessés par engins militaires suite à la crise actuelle, des catastrophes naturelles dues aux fortes pluies dont le glissement de terrains, les débordements de rivières, parmi tant d’autres. Le cas le plus récent étant une partie de la population de la commune Muhuta dans la province Rumonge, qui dort à la belle étoile dans les sites de Cashi et Gitaza.

En plus des secours aux victimes de la crise politique que traverse le Burundi, la Croix Rouge est venue en aide aux victimes d’El-Nino, un phénomène de forte de pluies au cours de cette saison, qui a déjà couté la vie de plus de 80 personnes sur tout le territoire burundais, 170 blessées et plus de 800 maisons totalement détruites, un bilan brossé par Anselme Katiyunguruza, secrétaire général de la Croix rouge.

Aussi, c’est la délégation du Comité International de la Croix Rouge qui a permis le rapatriement d’un officier de grade de Lieutenant de l’armée burundaise qui avait été kidnappé par un groupe de rebelles de Nzabampema dans la réserve naturelle de la RUKOKO.

Malgré toutes ces réalisations en faveur des personnes en danger, cette organisation des hommes en croix rouge déplore que durant toutes ces catastrophes, certains particuliers ont porté son emblème pour leurs intérêts.

"Durant la récente période de crise au Burundi, certains véhicules portaient la croix alors qu’ils restaient incognito à la Croix Rouge du Burundi", déplore le Secrétaire General.

Anselme Katiyunguruza dit que toute personne peut porter ce signe en plus de leurs volontaires éparpillés sur toutes les collines du Burundi et dans le monde entier moyennant une autorisation émanant de la Croix Rouge. Il souligne que l’emblème protège le volontaire de la Croix Rouge et la personne à secourir.

Pamphile Kantabaze président de la Croix Rouge du Burundi, appelle le gouvernement du Burundi à mettre en place une loi pour la protection de l’emblème, « la Croix Rouge », comme signe incontournable de l’Organisation internationale de la Croix Rouge car selon lui, c’est l’unique arme de cette organisation mondiale de secours.

La Fédération Internationale de la Croix Rouge compte 170 sociétés nationales et a déjà jusqu’aujourd’hui perdu 53 volontaires en Syrie seulement sur 17 millions de volontaires repartis dans le monde.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

224 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Isidore Nkunzumwami   ce  mardi 10 mai 2016   à 11 : 16 : 19

Oui, la protection de la Croix Rouge est nécessaire. Mais celle-ci doit aussi s’améliorer en matière d’équipement de base. Un simple gilet ne suffit pas ! Il faut une chemise, un pantalon, une casquette et des chaussures reconaissables pour la Croix Rouge Nationale, à l’instar des militaires et des policiers !



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 9 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 5 %)

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi,(popularité : 3 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 3 %)

18ème albinos tuée, les organisations privées se lèvent pour dire assez !,(popularité : 3 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 3 %)

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance ,(popularité : 3 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 3 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 3 %)

CNTB : La date du 24 courant devrait être prometteuse,(popularité : 2 %)