L’UE reste toujours aux côtés des Burundais, dit Spirlet




Par: Isanganiro , mercredi 11 mai 2016  à 16 : 04 : 11
a

L’Union Européenne demande aux protagonistes en conflit burundais de s’engager pour des négociations inclusives afin de mettre un terme à l’instabilité qui frappe la pays depuis avril 2005.

Lors de la célébration du 66ème anniversaire de l’Union Européenne ce mardi à Bujumbura, Patrick Spirlet, représentant de cette organisation européenne au Burundi, a rappelé que la coopération UE-Burundi n’est pas suspendue totalement à travers la récente décision de suspendre son aide directe au gouvernement.

" Il ne s’agit pas de sanction ou d’agenda caché, il ne s’agit ni de complot, ni de volonté de pénaliser un pays, mais il s’agit simplement d’un respect des valeurs défendus par l’Europe, et prendre en compte les principes qui définissent le partenariat et accompagneraient le pays vers une sortie de la crise", a-t-il dit.

Pour Patrick Spirlet, l’Union Européenne est présente dans ce pays depuis longtemps et elle a comme objectif essentiel d’aider dans la stabilisation du Burundi et de la région, et à la lutte contre la pauvreté.

"C’est pourquoi notre coopération n’est pas totalement suspendue, elle maintien les programmes directs aux populations", a-t-il indiqué.

Il a fait savoir qu’elle reste aux côtés de la population comme dans le secteur de la santé avec une enveloppe de 40 millions d’euros, et 15 millions destinés au développement rural.

Parmi les grands événements qu’il met en évidence, il y a notamment l’Accord d’Arusha sur le Burundi. Pour lui, cet accord mérité d’être respecté pour qu’il y ait retour de la stabilité dans le pays. "Il n’est pas question de le remettre en cause aujourd’hui", a-t-il dit.

Patrick Spirlet souligne également le rôle important de la société civile, reconnu même dans l’Accord de Cotonou. Il souligne que le respect de cet accord pourrait alléger la situation en ce qui est de l’aide étrangère. Mais pour tout, le représentant de l’Union européenne au Burundi appelle au dialogue inclusif, afin de mettre un terme à la crise.

Patrick Spirlet indique que début juillet de l’année en cours, l’union européenne compte évaluer avec le gouvernement burundais, l’état des lieux du respect de l’Accord de Cotonou en son article 96, en vue de voir si le partenariat peut se renormaliser. Il déplore par ailleurs la perturbation de la sécurité qui s’observe encore au Burundi : "Jet de grenades, exécutions ciblées, disparitions, les messages, les déclarations appelant le rejet de l’autre, nous ne pouvons que condamner les auteurs de ces faits, quels qu’ils soient", dit-il.

Le Représentant de l’Union Européenne au Burundi exhorte tous ceux qui ont des responsabilités, que ce soit ceux du pouvoir ou de l’opposition, de dépasser leurs divergeances pour le bien de tous les Burundais.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

520 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 8 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

La décentralisation toujours problématique en Mairie de Bujumbura,(popularité : 4 %)

Pierre Nkurunziza devrait respecter les Accords d’Arusha et la constitution ,(popularité : 4 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 4 %)

L’UPRONA se dote de nouveaux organes ,(popularité : 4 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 4 %)

Le président du parti APDR destitué ,(popularité : 4 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 4 %)