SRDI- Riziculteurs : des sanctions aux cultivateurs insolvables




Par: Isanganiro , samedi 14 mai 2016  à 15 : 13 : 09
a

Les riziculteurs qui n’ont pas pu payer les redevances se verront bientôt retirés de leurs champs par la SRDI. Ces dettes données par cette société sont notamment liées aux semences obtenues à crédit, des produits phytosanitaires, de l’eau pour l’irrigation et autres et sont normalement payées en espèce(le riz équivalent). S’ils ne paient pas, leurs champs seront redistribués aux autres qui sont capables de liquider ces crédits , une mesure qui avait été suspendue en 2010 suite aux conflits qui avaient conséquemment surgi.

De leur cote, ces cultivateurs qui vont être sanctionnés et retirés de leurs champs demandent plutôt aux responsables de la SRDI de patienter et de les laisser payer par tranches. "Nous demandons au directeur général d’alléger la sanction et de nous attendre. Vous voyez, l’année passée, nous avions cultivé mais nous n’avons rien récolté suite aux maladies qui ont attaqué les champs de riz. Et dire que nous devons obligatoirement payer, je ne comprends pas", se lamente un cultivateur du village 5 de la commune Gihanga.

Nsanzimana Jean dit aussi ne pas comprendre pourquoi cette mesure de retirer les champs aux insolvables revient alors qu’elle avait été suspendue, il y a six ans."Souvenez-vous des conflits qui ont surgi en 2010, ceux à qui on avait distribué les champs retires aux anciens occupants ont fini par les remettre à ces derniers suite aux échauffourées qui en avaient suivis", ajoute-t-il.

A la société régionale de développement de la plaine de l’Imbo , la décision est là et elle doit être appliquée. « Ce sont des dettes de plusieurs années, et on les avait tellement attendues. On a même avertis ces cultivateurs depuis longtemps mais pas de réponse. Faut- il sacrifier la société et donner raison à ces cultivateurs qui ne veulent pas payer les dettes ou payer les redevances pour continuer avec la société ?" s’interroge Térence Nobus Butoyi, directeur général à la SRDI.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

362 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 5 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 4 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 3 %)

L’eau thermale de Mugara, une source d’attraction touristique,(popularité : 3 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 3 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 3 %)

La REGIDESO relègue à l’écart la misère de la population,(popularité : 3 %)

la Société civile plaidera pour le fincement du CSLP2,(popularité : 3 %)

Budget 2013 : Le sénat s’interroge,(popularité : 3 %)

L’ARCT procède au balayage des opérateurs télécom fantômes au Burundi ,(popularité : 3 %)