Confrontation des habitants de Rusekabuye et les policiers




Par: Isanganiro , jeudi 26 mai 2016  à 11 : 42 : 37
a

Ce mercredi matin, les habitants de la colline Rusekabuye, sous colline Gihinga en zone Ntamba de la commune Musigati étaient en confrontation avec les policiers. Ceux-ci les empêchaient de faire le marché à Gihinga et de rejoindre les autres au nouveau marché de Gasenyi mais ces habitants de Gihinga s’y opposaient farouchement. L’administrateur de la commune Musigati indique qu’après de maintes recommandations qui n’ont pas été suivies, ce mercredi, c’était le jour de mise en application des mesures prises par l’administration afin de contraindre ces personnes à quitter cette place et à fréquenter le nouveau marché moderne construit à Gasenyi, à 5 km de la place de l’ancien marche.

Mercredi et vendredi, ce sont les jours de marché en zone Ntamba de la commune Musigati. Ce mercredi, les clients et les acheteurs de l’ancien marché de Gihinga de la même zone ont raté le rendez-vous. Ils ont été accueillis par une foule de policiers à la place du marché et la confrontation était inévitable parce que la population voulait à tout prix qu’il y ait le marché comme ça se fait tous les mercredi.

Finalement, la population qui voulait entrer de force au marché ce mercredi a été dispersée par des tirs de dissuasion qui ont causé une peur panique dans tous les environs de Rusekabuye selon les témoins sur place. La plupart de ces personnes se sont enfermées, par peur, dans les maisons proches tandis que d’autres sont précipitamment retournées chez elles.

"Non, nous ne pouvons pas déménager vers Gasenyi. C’est loin, et puis qu’est cequ’on gagnera la bas ! iln’y a pas de clientèle. Et pourtant, ici nous en avions à suffisance" , a indiquél’un des commerçants qui demande plutôt qu’on les laisse faire leur petit commerce à cette place et que ceux qui veulent partent au marché moderne.

L’administrateur de la commune Musigati de son côté précise qu’il a déjà fait plus de trois descentes dans cette localité pour faire comprendre à ces gens que l’ancien marché doit être fermé afin que tout le monde fréquente le nouveau marché moderne construit à Gasenyi mais sans succès.

"Même ce dimanche, j’y ai été avec le gouverneur et le commissaire provinciale de police pour encore expliquer, mais ces gens ne comprennent pas. Ce mercredi, nous avons voulu mettre en application les mesures prises, de gré ou de force, ces gens devraient déménager", indique Jean Bosco Nduwayo, administrateur de Musigati.

Une dizaine de personnes considérées comme meneurs des troubles ont été arrêtées par la police et conduites au cachot après ces échauffourées.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

546 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Un conducteur de vélo abattu par balle aux yeux des passants



a

Cibitoke : Une attaque à la grenade occasionne un bilan lourd



a

Burundi : Le gouverneur de Rumonge suspend les voyages des burundais vers la RDC



a

Le HCR s’en lave les mains !



a

Gihanga : 12 vaches frisonnes du PNSADRIM mortes trois semaines après distribution



a

Burundi : Des accidents de roulage s’amplifient



a

Burundi : Condamnation à perpétuité contre un officier de police qui a tué sa femme



a

Bujumbura : La voierie urbaine rongée par des nids de poule



a

Bujumbura : des poteaux des feux tricolores sont menacés



a

Rumonge : Mugerangabo a débordé





Les plus populaires
Burundi : Un conducteur de vélo abattu par balle aux yeux des passants ,(popularité : 8 %)

Burundi : L’épouse d’Agathon Rwasa échappe à un assassinat,(popularité : 6 %)

Les soldats burundais capturent deux points stratégiques en Somalie,(popularité : 4 %)

Le marché de Kamenge en cendre : des larmes qui coulent !,(popularité : 4 %)

Un étudiant burundais en coma depuis mi-avril suite aux coups et blessures infligés par de jeunes indiens ,(popularité : 4 %)

Pour qui roule l’impunité au Burundi ?,(popularité : 3 %)

Rançons sur le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

Les victimes de l’intolérance politique ,(popularité : 3 %)

Les habitants en mairie de Bujumbura dénoncent la persistance de l’insécurité,(popularité : 3 %)

Rukoko : Les liens ne sont pas au rendez vous entre les militaires et les gardiens de vaches,(popularité : 3 %)