Les pillages nocturnes prennent de l’ampleur à Bubanza


Les habitants de la province Bubanza se lamentent des vols dans les ménages qui prennent de l’ampleur ces derniers jours dans plusieurs communes de cette province. Les bandits, armés ou non pillent tout ce qu’ils rencontrent sur leur passage. Ils demandent à la police de redoubler les efforts pour barrer le route à ces voleurs. Le commissaire provincial de la police, de son coté, dit qu’on ne peut pas avoir des policiers pour chaque ménage et appellent la population à plus de vigilance afin d’appeler les policiers quand les voleurs sont aperçus.



Par: Isanganiro , dimanche 29 mai 2016  à 17 : 36 : 26
a

Un certain Bulomo de la colline Buhanza dans la commune de Rugazi s’est réveillé de bonne heure ce vendredi matin et il s’est retrouvé en face de sa boutique complètement pillée. Des articles de boutique, des vivres, des habits, des téléphones mobiles qui étaient à la charge, … ont été pillés par des gens qui n’ont pas été identifiés dans la nuit de vendredi le 27 à samedi le 28 mai. Ce commerçant est l’un parmi d’autres qui se lamentent ces derniers jours des pillages nocturnes qui s’opèrent dans toutes les communes de cette province de Bubanza .

Dans la réunion de sécurité tenue ce mardi à Gihanga, les participants à la réunion ont soulevé ce problème de pillage nocturne. "Moi, on m’avolé une vache laitière la semaine passée. J’ai demandé secours aux officiers de police judiciaire et au parquet de Bubanza mais sans succès", regrette Leonidas Baramfumbase, un éleveur-éducateur de Gihanga.

Un autre habitant de la commune Gihanga a demandé aux policiers de redoubler d’efforts lors des patrouilles nocturnes puisqu’à partir de 01 heure jusqu’à 4 heure du matin, les voleurs circulent dans tous les quartiers sans s’inquiéter selon la même source.

De son coté, le commissaire provincial de police a indiqué que les policiers ne peuvent pas veiller autour de tous les ménages et que chaque personne est appelé à veiller dans son ménage afin qu’elle crie au secours quand elle voit ces bandits.

Damien Emmanuel Nizigiyimana a également rappelé à la population qu’elle doit faire des déclarations chez les officiers de police judiciaire quand il y a eu un pillage quelque part. "Oui, si vous déclarez, ça peut nous aider à récupérer les objets volés par exemple lors des fouilles perquisitions", a-t-il martelé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

412 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Un conducteur de vélo abattu par balle aux yeux des passants



a

Cibitoke : Une attaque à la grenade occasionne un bilan lourd



a

Burundi : Le gouverneur de Rumonge suspend les voyages des burundais vers la RDC



a

Le HCR s’en lave les mains !



a

Gihanga : 12 vaches frisonnes du PNSADRIM mortes trois semaines après distribution



a

Burundi : Des accidents de roulage s’amplifient



a

Burundi : Condamnation à perpétuité contre un officier de police qui a tué sa femme



a

Bujumbura : La voierie urbaine rongée par des nids de poule



a

Bujumbura : des poteaux des feux tricolores sont menacés



a

Rumonge : Mugerangabo a débordé





Les plus populaires
Burundi : Un conducteur de vélo abattu par balle aux yeux des passants ,(popularité : 8 %)

Burundi : L’épouse d’Agathon Rwasa échappe à un assassinat,(popularité : 6 %)

Les soldats burundais capturent deux points stratégiques en Somalie,(popularité : 4 %)

Le marché de Kamenge en cendre : des larmes qui coulent !,(popularité : 4 %)

Un étudiant burundais en coma depuis mi-avril suite aux coups et blessures infligés par de jeunes indiens ,(popularité : 4 %)

Pour qui roule l’impunité au Burundi ?,(popularité : 3 %)

Rançons sur le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

Les victimes de l’intolérance politique ,(popularité : 3 %)

Les habitants en mairie de Bujumbura dénoncent la persistance de l’insécurité,(popularité : 3 %)

Rukoko : Les liens ne sont pas au rendez vous entre les militaires et les gardiens de vaches,(popularité : 3 %)