Les 500 millions alloués aux communes confrontés à cinq défis d’après la PARCEM




Par: Isanganiro , dimanche 12 juin 2016  à 21 : 10 : 05
a

La subvention de 500 millions pour chaque commune prévue par la loi des finances de 2016 est confrontée à d’énormes défis que le gouvernement burundais devrait régler pour la faire parvenir aux concernés, qui est le peuple, point de vue de Faustin Ndikumana, président de Parole et Action et le Réveil des consciences et Evolution des Mentalités, PARCEM. 

Pour Faustin Ndikumana, au lieu de servir à l’intérêt de la population, cette somme risque de servir à faire monter les projets des différentes hauts cadres une fois directement versée aux différentes caisses des communes, risquant d’être déviée.

Un autre détournement risque d’être aussi observé au niveau du décaissement comme indiqué par Faustin Ndikumana. « Quand une telle somme est prête à être déboursée, des spéculations de la part des hauts cadres au niveau central ne peuvent pas manquer », souligne-t-il.

Un autre défi qu’il relève est lié à la capacité des communes à pouvoir gérer une somme si importante. « La capacité des communes à l’état actuel ne favorise pas la gestion de cette enveloppe de 500 millions. Les communes d’aujourd’hui devraient être préparées en comptabilité, en équipements adéquats, en ressources humaines compétentes pour l’étude, le suivi et évaluation des projets et les plans de développement économique, ce qui pourrait éviter une gestion opaque de cette somme », indique le président de la Parcem.

Un autre défi relevé par Faustin Ndikumana est lié à la corruption et l’impunité. Il met en garde que « la corruption et l’impunité qui gangrènent les services de l’état renforcent la mauvaise gestion de tels fonds par le détournement, l’enrichissement illicite, le blanchiment, le favoritisme dans l’octroi des marchés, la banalisation de la déclaration des biens, ne permettent pas d’avoir de bons résultats ».

Enfin, le manque d’implication des citoyens risque de tout anéantir. Il voit que tout projet dont l’intérêt est centré sur la population et que celle-ci est écartée dans la préparation, risque d’être moins bénéfique. La PARCEM estime que les citoyens doivent être informés et avoir un espace de suivi pour la rentabilité du projet.

Pour Fauustin Ndikumana, il est impératif que le gouvernement burundais organise dans l’urgence une réunion impliquant tous les acteurs économiques, y compris la société civile, pour apporter une solution à ces défis sinon les 500 millions à octroyer aux différentes communes vont être mal gérés.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

496 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 6 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 4 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 3 %)

Comment assoir une justice fiscale au Burundi ? ,(popularité : 3 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 3 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 3 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 3 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 3 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 3 %)

Burundi : Recul dans le classement en Indice de Développement Humain ,(popularité : 3 %)