Dossier Ernest Manirumva : la justice burundaise est dans le corridor de la tentation




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 11 mars 2012  à 08 : 21 : 07
a

« Dossier Ernest Manirumva ancien vice- président de l’Organisation de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques, OLUCOME, est symptomatique sur qualité de la justice burundaise ». Ce sont les propos de 13 organisations de la société civile engagées dans la campagne « Justice pour Ernest Manirumva » dans une conférence de presse qu’elle a animé ce vendredi 9 mars 2012. Selon Pacifique Nininahazwe « la justice burundaise peine à boucler l’instruction de ce dossier et le nombre des victimes de cette lenteur inexplicable reste élevé ».

A un mois du troisième anniversaire de la mort de cet homme, selon lui, l’expertise de la FBI qui avait été sollicitée par le gouvernement burundais n’a pas été encore explorée. Celle-ci avait montré la nécessité pour la justice burundaise d’auditionner certaines personnalités citées dans ce pays dit- il.

« Six personnes citées dans la planification ou l’exécution de ce défenseur des droits de l’homme ont été éliminées mais la justice n’a pas encore fait d’enquête alors que tel était son devoir selon ces défenseurs des droits de l’homme », s’inquiètent ces défenseurs des droits de l’homme, indiquant qu’ils ne vont pas baisser les bras face cette lenteur dans ce dossier.

« J’ai entendu que le porte parole de la cours suprême, Elie Ntungwanayo, nous empêche de parler de ce dossier sur les médias. Nous réclamons uniquement que justice soit faite. Que la justice Burundaise sache que nous sommes psychologiquement, juridiquement et diplomatiquement préparés, nous ne désarmons pas. Nous continuerons jusqu’à ce que la justice fasse son travail avec diligence, » a indiqué le secrétaire général de l’Observatoire de l’Action Gouvernementale, OAG, Pr Gertrude Kazoviyo.

La société civile aurait- elle une ambition de porter plainte dans les juridictions étrangères puisque la justice burundaise affiche un manque de volonté dans ce dossier comme l’a reconnu Mbonimpa Pierre Claver, Président de l’APRODH ? Pacifique Nininahazwe dit que la justice burundaise est une institution qui a l’obligation d’être utile à tout le monde.

« Demain la lie du peuple n’aura pas la possibilité de porter plainte à l’étranger si telle devient une habitude. La justice burundaise doit connaitre une transformation pour être utile aux petits comme aux grands », dit- il. Pour ces défenseurs des droits de l’homme, plus d’un jugeront de la qualité de la justice burundaise dans la façon dont elle aura traité ce dossier.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1005 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 24 %)

Près de 100 jours d’incarcération de Mbonimpa, les messages de soutient tombent,(popularité : 5 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 5 %)

La famille Kamatari crie à l’injustice,(popularité : 4 %)

De la perpétuité requise pour les présumés putschistes ,(popularité : 4 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 3 %)

Afffaire Manirumva : cinq ans après, Rufyiri dans le colimateur du Ministère public,(popularité : 3 %)

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 3 %)

Le calme semble être revenu à la prison centrale de Gitega,(popularité : 3 %)

Le nouveau locataire de Mpimba n’est qu’ une goute d’eau dans l’océan,(popularité : 3 %)