Bubanza, la population exhortée à ne pas gaspiller les récoltes




Par: Isanganiro , mardi 28 juin 2016  à 21 : 36 : 49
a

La mesure interdisant aux commerçants et aux cultivateurs d’évacuer leurs récoltes vers d’autres provinces surtout vers Bujumbura n’est pas bien accueillie par certains cultivateurs dans cette province et qui se heurtent à cette mesure au moment des récoltes.

Marie Niyongere est l’une de ces personnes qui ont cultivé le riz dans cette province de Bubanza et qui ont eu des difficultés pour évacuer leurs récoltes vers Bujumbura. "Mes vingt-huit sacs de riz padi ont été saisis durant toute une semaine à Gihanga. Pourtant je n’avais aucune dette, seulement, j’ai cultivé mon champ se trouvant au village 1 de cette commune de Gihanga", se lamente cette veuve Marie Niyongere rencontrée devant le hangar de séchage du village deux de cette même commune.

Il est donc interdit aux commerçants et cultivateurs d’évacuer ou de transporter les récoltes en dehors de Bubanza selon les autorités provinciales , une mesure qui est souvent expliquée par le gouverneur de cette province lors des réunions avec la population. "C’est pour protéger la population contre la disette qui risque de survenir après évacuation de ces récoltes et c’est aussi pour éviter le gaspillage ! " selon le numéro un de cette province.

Pour ceux qui ont cultivé dans cette province et qui vivent ailleurs, des hangars de stockage de riz sont disponibles et en nombre suffisants. Les cultures vivrières conservables doivent être vendues à Bubanza même pour ceux qui voudraient les vendre. S’il s’avère nécessaire et incontournable que ces récoltes doivent être transportées ailleurs, ces commerçants et cultivateurs devront approcher les autorités provinciales pour expliquer et montrer les motifs et la destination de ces produits.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

381 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 5 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 4 %)

L’économie du pays va decrescendo ,(popularité : 3 %)

Les femmes font avancer le pays ,(popularité : 3 %)

La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ? ,(popularité : 3 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 3 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 3 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 2 %)

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 2 %)

Une des campagnes clés pour la transparence économique,(popularité : 2 %)