Trop d’impôt tue l’impôt à Makamba




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 15 mars 2012  à 11 : 55 : 44
a

La grogne fait parler d’elle à Makamba au sud du pays. Les commerçants s’indignent de la hausse des taxes aujourd’hui imposées l’Office Burundaise des Recettes, OBR, sur les produits de vende.

Fidèle Batumunwa, un opérateur économique de Kayogoro, dit qu’ils travaillent pour le moment à perte.

« Avant la mise en place de l’OBR, je voyageais à Dubaï au moins 5 ou 6 fois par an pour importer des instruments de musique et d’autres matériels techniques, mais l’année passée, j’ai fait un seul voyage, » dit-il.

L’impôt de taxation des produits a presque doublé par rapport aux années antérieures, selon Fidèle Batumunwa .

« Dans les années écoulées, je payais 20 millions de fbu d’impôt à la douane mais aujourd’hui le même produit connait une facturation de 39 millions de fbu, » a-t-il ajouté.

L’autre cause de la grogne est le manque d’accès au certificat d’origine pour les commerçants qui importent les produits à partir de la Tanzanie. Ce commerçant indique que malgré l’ouverture des frontières par ce pays conformément aux lois en vigueurs dans les pays de l’East African Community, la Tanzanie adopte une politique protectionniste sur ses produits particulièrement sur les vivres.

Le manque d’accès au certificat d’origine est lourd de conséquence car il accule le commerçant à un manque à gagner de 25% sur les produits lorsque ces commerçants proviennent de la région, selon Batumunwa Fidèle.

Ce commerçant, comme d’autres rencontrés sur la frontière avec la Tanzanie, disent qu’actuellement certains d’entre eux sont allés en RDC, au Malawi et ailleurs suite à ces difficultés avec l’OBR.

Les responsables de l’OBR à Mabanda disent de leur part que le nombre de commerçants qui passent par la frontière avec la Tanzanie a diminué. Ces commerçants n’étaient pas habitués à s’acquitter de ce devoir selon eux.

Le shilling tanzanien se stabilise au moment où la monnaie Burundaise a perdu sa valeur par rapport à celle-ci ces derniers jours selon agents de l’OBR, raison pour laquelle ces effectifs de commerçants connaissent une diminution.

Ces commerçants demandent au gouvernement burundais de se mettre ensemble avec l’OBR afin de trouver des solutions qui leur permettent de travailler plutôt que de quitter le pays comme certains d’entre eux.

De sa part, Vincent Nibayubahe, gouverneur de la province de Makamba, indique qu’il est satisfait des réalisations de l’OBR malgré ces lamentations des commerçants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

583 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 3 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 2 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise ,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)