Le torchon brûle au sein du FROLINA




Par: Isanganiro , lundi 11 juillet 2016  à 15 : 34 : 51
a

Certains membres du bureau politique du parti Front pour la Libération Nationale, FROLINA, procèdent à la désignation des membres des comités provinciaux depuis une semaine. Les provinces de Bujumbura, Bururi, Makamba et Rumonge étaient concernées ce dimanche 10 juillet 2016 à Rumonge. Le président de ce parti ne reconnait pas la mise en place de ces organes.

Nikonarusanze Vianney, secrétaire général du parti FROLINA, a procédé à la lecture des membres désignés dans les comités provinciaux de ce parti à Bururi, Bujumbura, Makamba et Rumonge. C’était dans une réunion tenue dans un bar dénommé « Chez Chantal » sis au quartier swahili de la ville de Rumonge à une trentaine de membres en début d’après-midi de ce dimanche 10 juillet 2016.

Selon lui, il s’agissait de la mise sur pied des organes de ce parti quitte à organiser un congrès national prévu d’ici le 26 août 2016, date butoir comme convenu par les membres du bureau politique de ce parti en conflit le 26 février 2016 dans un Acte d’Engagement de deux pages signé devant le Ministre de l’intérieur et de la formation patriotique qui a lui aussi apposé sa signature.

Nikonarusanze indique que c’est au cours de ce congrès que de nouveaux organes seront mis en place, l’actuel président s’étant montré inapte à redynamiser ce parti depuis 2013 qu’il le dirige. C’est d’ailleurs la proposition du Ministre de l’intérieur faite aux parties en conflit afin de vider le différend qui les opposait.

Ndayiragije Adrien, président du FROLINA après l’éviction de Kalumba Joseph à la tête de ce parti, refuse toujours de reconnaitre ces comités en phase de désignation. Selon lui, une main invisible manipulerait certains des membres de son bureau politique pour l’évincer à la tête de ce parti au regard de l’évolution politique au Burundi. C’est une question de positionnement par rapport aux probables changements politiques, a déclaré Ndayiragije Adrien alors qu’il se préparait à aller à Arusha.

Dans tous les cas, l’article 4 dudit acte d’engagement stipule que les parties en conflit s’engagent de continuer le processus de redynamisation des organes même si une des parties ne respecte pas ces engagements.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

414 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 2 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 2 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 2 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 2 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 2 %)

Trois anciens présidents dénoncent l’absence de débat contradictoire pour une démocratie solide,(popularité : 2 %)

Rwasa rejette le contenu du rapport des experts des Nations Unies sur la RD Congo ,(popularité : 2 %)