L’agriculture, une clé pour la sécurité alimentaire au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 16 mars 2012  à 08 : 52 : 59
a

Au cours d’une table ronde des bailleurs de fonds tenue du 14 au 15 mars à Bujumbura sur la mise en œuvre du Plan National d’Investissement Agricole, PNIA, le deuxième Vice- Président de la République, Gervais Rufyikiri, a indiqué que l’agriculture joue un rôle crucial dans la réduction de la pauvreté raison pour laquelle le PNIA a pour objectif d’atteindre une croissance de 6% par an dans ce secteur.

Le Burundi attend beaucoup de ce secteur, selon lui. Il s’agit notamment de l’amélioration de la sécurité alimentaire et la transformation des services qui lui sont connexes comme l’accès à l’emploi, l’entrée des devises et autres.

La mise en œuvre du PNIA nécessite, selon les experts, une somme de 1.452 milliards de fbu mais moins de 600 milliards sont disponibles.

Ils indiquent que plusieurs activités pourront être accomplies par le PNIA, à l’instar, la multiplication des semences de qualité sur six cultures prioritaires comme le manioc, l’irrigation des périmètres régionaux, la disponibilisation des intrants agricole, la réhabilitation du secteur, le développement de la recherche etc.

Stéphane De Loecker, représentant de l’Union européenne au Burundi, a indiqué que le Burundi fait face à deux défis majeurs qui risquent d’acculer ce projet à ne pas aller loin. Il s’git des questions foncières et démographiques qui, jusqu’à présent ne sont pas maitrisées.

La ministre de l’agriculture et de l’élevage a de sa part dit que le gouvernement est conscient de ces deux préoccupations raison pour laquelle a entrepris la politique de villagisation et de limitation des naissances pour que la population burundaise ait des terres à cultiver.

Cette activité s’inscrit dans le cadre du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique, NEPAD, dont le Burundi est membre. Le représentant du Marché Commun pour l’Afrique Orientale et Australe, COMESA, dit que certains de ces pays bénéficient déjà des aides de la part du Fond mondial.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

387 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 26 %)

Exercice 2013 : La BCB réalise un bénéfice de 2 milliards ,(popularité : 13 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 13 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 8 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 7 %)

L’OBR bat son record dans la collecte des recettes en mars 2015 ,(popularité : 7 %)

Office du Thé du Burundi lance une nouvelle ligne du thé vert,(popularité : 7 %)

Muyinga/Lancement de la campagne de pulvérisation du café,(popularité : 7 %)

Muyinga/Le café, nouvel investissement des dignitaires : quel secret ?,(popularité : 7 %)

Le trafic va de mal en pis au port commercial de Rumonge ,(popularité : 6 %)