Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Economie après 50 ans : La 2ème République requiert des lettres de noblesses




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 16 mars 2012  à 09 : 58 : 06
a

Zénon Nicayenzi, un ancien homme politique burundais depuis l’accession du Burundi à l’indépendance, indique que la deuxième république avait amorcé les pistes du développement du pays qui, hélas, n’ont pas été exploités par les pouvoirs qui se sont succédés à cause d’une mauvaise politique de privatisation et une efficacité des responsables qui laissait à désirer.

Selon lui, la deuxième république a fait aménager beaucoup de biens d’intérêt publics par rapport aux autres républiques. Cet ancien homme politique indique que cette époque aura été caractérisée par des réalisations pratiquement insondables, entre autres les routes macadamisées, les barrages de Rwegura et de Mugere , la création de beaucoup d’établissements financiers, la création des industries du lait, et beaucoup d’autres.

Pour Zénon Nicayenzi, certains de ces équipements d’intérêt public ont malheureusement pour la plupart été fonctionnels de manière éphémère. Il a dénombré un ensemble d’entreprises qui, actuellement, n’existent plus comme la CAMOFI, la CADEBU, la COTEBU, la VERUNDI et autres. La plupart de ces équipements d’intérêt public ont été privatisés à la va vite au lieu de connaître une réforme toujours attentive de progrès, selon toujours Zénon Nicayenzi .

« La plupart de ces entreprises se sont effritées et la privatisation a tourné en pulvérisation, » a-t-il martelé.

La méritocratie n’a pas été mise en avant raison pour laquelle tous ces établissements ont mis les clés sur les portes de la part de ce compagnon de route de Rwagasore Louis, le père de l’indépendance du Burundi. Pour lui, le militantisme politique, qui, souvent, cachait en son sein les germes d’une incompétence notoire, était l’élément clé pour accéder aux postes de responsabilités.

« Voilà pourquoi les hommes et femmes qui en étaient à la tête ont été incapables d’exploiter les directives qui leur avaient été tracées par la deuxième république, » dit-il.

Zénon Nicayenzi s’est entretenu avec la radio Isanganiro sur des questions en rapport avec le cinquantenaire d’indépendance du Burundi




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1222 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message