Presser pour que le projet, IPR voit le jour : un devoir pour la société civile




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 16 mars 2012  à 15 : 31 : 22
a

Le Délégué Général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC, Pacifique NININAHAZWE reste pessimiste par rapport au manque de volonté qu’affichent les mandataires politiques dans l’adoption du projet de loi sur l’impôt professionnel sur les revenus. Selon lui, la société civile est disposée à se battre bec et ongle pour le projet de loi soit voté par les deux chambres du parlement.

Il a indiqué qu’à travers leurs propos, il se reflète un souci de s’acquitter de ce devoir d’Etat à l’instar des autres citoyens. Cependant, souligne-t-il, depuis la fin du mois de décembre, le projet n’a pas vu le jour. Les propos ne convergent pas avec les actes, indique-t-il.

Les parlementaires évoquent les droits acquis comme prétexte à ne pas payer l’IPR. Il est du devoir de la société civile de presser pour que ce projet de loi puisse voir le jour de la part de Pacifique Nininahazwe, qui se réjouit en même temps de constater que l’Ombudsman Burundais a déjà affiché sa volonté de s’acquitter de ce devoir comme les autres citoyens, ceci à travers une correspondance au ministre de la fonction publique, lui demandant de lui montrer la procédure.

Le président du Forum pour la Conscience et le développement, FOCODE a réagi par la même occasion aux reproches qui sont aujourd’hui faites à l’endroit de la société civile selon lesquels celle-ci voudrait trouver les solutions aux problèmes sociaux qui minent actuellement dans la rue.

Le délégué général du FORSC a indiqué que la marche manifestation relève de la légalité quand il est question de revendication des droits auxquels le citoyen a droit. Elle est « un moyen d’exprimer nos souffrances », a-t-il souligné.

L’adoption du projet de loi pour les mandataires politiques sur IPR et la suspension de la mesure liée à la hausse des tarifs de l’eau et de l’électricité par la REGIDESO s’inscrivent dans une série de revendications pour lesquelles la société civile engage une lutte sans merci depuis le début de la campagne contre la vie chère.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

663 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques





Les plus populaires
Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire ,(popularité : 40 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 6 %)

Murwi : Un bébé abandonné par ses parents ; l’administration crie au secours !! ,(popularité : 6 %)

La corruption c’est aussi dans nos hôpitaux, constat du 2ème vice Président ,(popularité : 6 %)

Imaginez avoir des petits-enfants qui ne sont pas capables de parler votre langue,(popularité : 6 %)

L’instauration d’une taxe intermediaire de 10% décriée par les groupes sociaux,(popularité : 6 %)

Le Focode élève la voix en faveur des Pasteurs ,(popularité : 5 %)

Le Général Rodrigue Bunyoni n’est plus ,(popularité : 5 %)

UB : Ça sent le détournement ,(popularité : 4 %)

Eusébie : Même l’orphelinat est fermé,(popularité : 4 %)