Presser pour que le projet, IPR voit le jour : un devoir pour la société civile




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 16 mars 2012  à 15 : 31 : 22
a

Le Délégué Général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC, Pacifique NININAHAZWE reste pessimiste par rapport au manque de volonté qu’affichent les mandataires politiques dans l’adoption du projet de loi sur l’impôt professionnel sur les revenus. Selon lui, la société civile est disposée à se battre bec et ongle pour le projet de loi soit voté par les deux chambres du parlement.

Il a indiqué qu’à travers leurs propos, il se reflète un souci de s’acquitter de ce devoir d’Etat à l’instar des autres citoyens. Cependant, souligne-t-il, depuis la fin du mois de décembre, le projet n’a pas vu le jour. Les propos ne convergent pas avec les actes, indique-t-il.

Les parlementaires évoquent les droits acquis comme prétexte à ne pas payer l’IPR. Il est du devoir de la société civile de presser pour que ce projet de loi puisse voir le jour de la part de Pacifique Nininahazwe, qui se réjouit en même temps de constater que l’Ombudsman Burundais a déjà affiché sa volonté de s’acquitter de ce devoir comme les autres citoyens, ceci à travers une correspondance au ministre de la fonction publique, lui demandant de lui montrer la procédure.

Le président du Forum pour la Conscience et le développement, FOCODE a réagi par la même occasion aux reproches qui sont aujourd’hui faites à l’endroit de la société civile selon lesquels celle-ci voudrait trouver les solutions aux problèmes sociaux qui minent actuellement dans la rue.

Le délégué général du FORSC a indiqué que la marche manifestation relève de la légalité quand il est question de revendication des droits auxquels le citoyen a droit. Elle est « un moyen d’exprimer nos souffrances », a-t-il souligné.

L’adoption du projet de loi pour les mandataires politiques sur IPR et la suspension de la mesure liée à la hausse des tarifs de l’eau et de l’électricité par la REGIDESO s’inscrivent dans une série de revendications pour lesquelles la société civile engage une lutte sans merci depuis le début de la campagne contre la vie chère.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

633 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent



a

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout





Les plus populaires
Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 33 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 28 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 12 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 10 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 7 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 6 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 5 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 4 %)

La construction du tombeau du Lieutenant Général Adolphe Nshimirimana,(popularité : 4 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 4 %)