FIDH donne un bilan sanglant ,à un an du troisième mandat




Par: Isanganiro , lundi 25 juillet 2016  à 11 : 00 : 12
a

Dans un communiqué rendu public le 21 Juillet 2016, la fédération internationale des droits de l’homme écrit que Pierre Nkurunziza va bientôt totaliser un an de son troisième mandat issu des élections hautement contestées et boycottées par l’opposition. Le régime en place s’est engagé dans une fuite en avant progressive aux dynamiques génocidaires qui a déjà fait plusieurs milliers de morts, de disparus, de personnes arrêtées et torturées et qui a poussé plus de 270 000 personnes à fuir le pays. Ce qui a conduit le Burundi à s’enliser dans une crise sécuritaire, politique et humanitaire profonde, poursuit le même communiqué.

La FIDH dénonce également les violations graves et massives des droits humains à l’encontre de tous ceux suspectés d’être opposés au régime qui se sont généralisées et n’ont de cesse de se multiplier. Cette fédération rapporte que depuis le mois d’Avril 2015, plus de 1000 personnes ont été tuées, 5000 sont détenues, 800 étant portées disparues, des centaines torturées, plusieurs dizaines de femmes victimes de violences sexuelles et enfin le bilan s’alourdit par des milliers d’arrestations arbitraires.

Karim Lahidji, président de la FIDH enrichit ce communiqué que « le Burundi a sombré dans la violence, l’autoritarisme, l’arbitraire et l’impunité. Les forces de sécurité et leurs forces supplétives ont reçu l’autorisation de tuer, torturer et faire disparaître les opposants présumés au régime. Les espaces de libertés ont été drastiquement réduits, et la société civile indépendante ainsi que les médias sont muselés. Tel est le tragique bilan de Pierre Nkurunziza, un an après sa réélection contestée à la présidence de la République du Burundi. »

Ce mouvement mondial des droits humains conjointement avec la Ligue Iteka dénoncent également, un an après, des assassinats par des hommes armés non identifiés dont ceux qui ont coûté la vie de Hafsa Mossi, une figure modérée du CNDD-FDD, assassinée le 13 Juillet dans le quartier de Gihosha, dans le nord-est de Bujumbura et les exécutions extrajudiciaires perpétrées par les services de sécurité burundais sont également monnaie courante au Burundi.

Selon La Ligue Iteka, une organisation de la société civile burundaise, partenaire de la FIDH, face aux exactions en cours, la réponse de la communauté internationale n’est pas à la hauteur. Anschaire Nikoyagize, président de la Ligue ITEKA recommande encore une fois à l’Union africaine et les Nations unies de déployer de toute urgence une force civilo-militaire et d’ engager les autorités burundaises à dialoguer avec l’opposition et la société civile indépendante. Ces organisations appellent le gouvernement à mettre un terme à cette répression de masse et exhortent la communauté internationale à agir pour protéger les civils et faciliter une solution politique à la crise.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

353 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 24 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 2 %)

Vol direct Bujumbura-Johannesburg de nature à rapprocher les deux peuples ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Pancrace Cimpaye : des zones d’ombres sur son retour au pays,(popularité : 2 %)

Les Français de Bujumbura ont fêté leur Fête Nationale ce samedi ,(popularité : 2 %)

Une histoire de la nyakurisation politique ,(popularité : 2 %)

Le BNUB change de patron,(popularité : 2 %)

Une rhétorique de mésentente entre le CNDD FDD et le FORSC autour de la gouvernance ,(popularité : 2 %)