Un examen spécial sur le Burundi à Genève depuis ce jeudi




Par: Isanganiro , jeudi 28 juillet 2016  à 17 : 29 : 12
a

Ce 28 juillet, le comité de l’ONU contre la torture entame un examen spécial sur le Burundi à Genève pour débattre la question de violation des droits de l’homme au Burundi. Les nations unies disent au préalable avoir consulté une dizaine d’organisation de la société civile et dénoncent le service national de renseignent et Imbonerakure.

L’action des chrétiens pour l’abortion de la torture Acat-Burundi est l’une de ces dix organisations de la société civile burundaise consultée par les Nations unies. Armel Niyongere, le président de cette organisations indique que beaucoup de cas d’arrestations arbitraires, de tortures, disparitions forcées et des exactions extrajudiciaires ont été commis par le service national de renseignement depuis fin avril 2015, appuyé par les Imbonerkure, jeune affiliés au parti au pouvoir.

Ces allégations poussent le comité des nations unies contre la torture à entamer un examen spécial sur le Burundi à Genève en Suisse depuis ce 28 Juillet. Cette procédure est exceptionnelle puisqu’elle n’a été utilisée qu’à deux reprise par le passé en Israël en 1997 et pour la Syrie en 2012.

Durant les deux jours, ce comité composé de dix experts indépendants va interroger une délégation burundaise dirigée par la ministre de la justice sur l’avancée des enquêtes sur les violations des droits de l’homme.
Bien que le président de l’Acat parle d’une impunité au Burundi et qu’il n’y a pas d’enquêtes qui sont menées face à ces crimes qui sont commis dans le pays, les autorités burundaise tournent le talon face à ces allégations en affirmant qu’il n’y a pas d’impunité au Burundi.

De ces allégations de tortures qui sont jugées exagérées au Burundi, durant ces deux jours, les nations unies comptent également avoir des éclaircissements sur l’attaque par balle perpétrée contre le vieux fervent défenseur de droit de l’homme, Pierre Claver Mbonimpa et le meurtre de son fils. Sur ce cas, les autorités burundaises déplorent alors le manque de collaborations des plaignants. A titre de rappel, le rapport des Nations unies de fin juin 2016 donne un bilan de 650 cas de torture, un bilan réduit par les autorités burundaises qui ne reconnait que cinq dossiers ouverts..




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

293 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 10 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 6 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 5 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 3 %)

Limogeages en cascade des gouverneurs ,(popularité : 3 %)

’’Une manifestation pacifique est possible’’, prédit l’opposition ,(popularité : 3 %)

Rwasa : Un référendum sur la constitution ne serait qu’une simple spéculation politicienne,(popularité : 3 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 3 %)

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement,(popularité : 2 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 2 %)