Le trafic des êtres humains reste d’actualité au Burundi


Le 23 Août de chaque année, le monde observe une journée internationale du souvenir de la traite negrière et de son abolition. Ce phénomène persiste du fait que le trafic des femmes et filles reste d’actualité et une commission de concertation devrait être initiée pour la prévention et la répression de la traite des personnes au Burundi.



Par: Isanganiro , mardi 23 août 2016  à 16 : 37 : 58
a

Entre le 15e et le 19e siècle, une partie de la population du continent noir a été emportée par force vers le continent américain. Ces esclaves, soumis aux corvées exploitaient les champs de canne à sucre. Selon Maitre Prime Mbarubukeye de l ’observatoire nationale pour la lutte contre la criminalité transnationale, ONLCT- Où est ton frère, dit que même si cette traite date de longtemps, elle persiste toujours et parle d’esclavage moderne, cette fois-ci vers les pays arabes et pas en Amérique . Il ajoute que des femmes et des filles ne cessent d’être escroquées, envoyées dans certains ces pays où elles sont traitées abusivement.

JPEG - 4.5 ko

Pour le moment 9 femmes sont gardées depuis ce dimanche dans le cachot de la police de Mparampirundi en commune Busiga de la province Ngozi. Elles ont été refoulées du Rwanda ,pays ami du Nord du Burundi. Elles ont accusées d’avoir une mission de partir pour les pays arabes où elles sont traitées comme des esclaves.

Dans cette même optique , ONLCT- où est ton frère condamne avec sa dernière énergie ce trafic des êtres humains et donne un bilan de plus de vingt femmes et filles burundaises qui sont sous les verrous depuis le mois de juin dernier après être interceptées dans les pays voisins du Burundi comme la République Démocratique du Congo , le Rwanda, Tanzanie et l’Ouganda alors qu’elles voulaient s’envoler pour les pays arabes comme l’Arabie saoudite et Oman. Maitre

Prime Mbarubukeye, Président de cet observatoire engagée dans la lutte contre le trafic des êtres humains propose alors la mise en place d’une commission de concertation et de suivi pour la prévention et la répression de la traite des personnes au Burundi comme prévu dans l’article 7 de la loi du 22 Octobre 2014. ONLCT recommande au gouvernement burundais qu’une représentation diplomatique et solide qui serait installée dans ces pays arabes dont l’Oman et Arabie Saoudite permettrait de veiller à la sécurité de tous burundais dans ce pays car ce phénomène au Burundi reste d’actualité et a une tendance de se métamorphoser et prendre une grande envergure du fait que l’axe principal de sortie est pour le moment boycotté dont l’Aéroport de Bujumbura.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

473 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 18 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 8 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 3 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 3 %)

Les étudiants bénéficiaires des bourses d’amitié sont mécontents,(popularité : 3 %)

Bras de fer entre déplacés et la CNTB sur le retour vers leurs collines d’avant 1993,(popularité : 2 %)

La route Makamba-Bururi encore impraticable,(popularité : 2 %)

Le Burundi accueille plus de 37 000 rapatriés dès le début du mois de mai,(popularité : 2 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 2 %)

Le poisson frais motive le sit in devant les bureaux HCR,(popularité : 2 %)