Burundi : Suspicions autour du rapport semestriel de la CNDI




Par: Isanganiro , vendredi 26 août 2016  à 16 : 08 : 37
a

La commission Nationale de Dialogue Inter burundais, ce mercredi a publié les premiers résultats de son travail après avoir donné le rapport des séances déjà animées à travers le Burundi au chef de l’Etat. Mgr Justin Nzoyisaba, dans une conférence de presse glose les recommandations formulées par les participants dudit dialogue. Il se résume en quelques lignes arguant que son collège demande que les mandats présidentiels soient limités par la fréquence mathématique de la confiance que l’électorat place au candidat. Le président de la CNDI souligne que "tous les participants" demandent que les postes permanents réservés aux anciens chefs d’Etat dans le sénat soient supprimés et que le judicaire ait le même pouvoir au même niveau que l’exécutif et le législatif. Au cours de ces dialogues inter burundais, certains textes légaux ont été mis en cause. Il s’agit de la constitution , du code électoral, celui régissant le pluralisme des partis politiques et des accords d’Arusha.

Le rapport de la CNDI n’engage pas la population, dit ADC - Ikibiri

JPEG - 9.7 ko

Léonce Ngendakumana président de l’Alliance Démocratique pour le changement ADC-Ikibiri , un opposant qui a résisté et qui n’a pas quitté le pays et représentant du CNARED au Burundi, une plate forme des opposants en exil, sur les ondes de la voix d’Amérique dit que le rapport produit par la CNDI est une honte pour la commission et à Mgr Justin Nzoyisaba et n’engage que la commission qui l’a produit. Il souligne que la commission a rendu public un rapport qui engage la population en violation de l’article 7 de la constitution qui stipule que le peuple peut s’exprimer à la question de l’amendement de la constitution directement par referendum ou indirectement par la voie du parlement ; une démarche qui n’a pas apporté de bon fruits avant les élections de 2015. Léonce Ndendakumana ajoute que les conclusions de ce rapport montrent au préalable que la CNDI est en train de travailler à la merci du chef de l’Etat et non à la population.

Ce rapport est le bienvenu, dit Le parti Sahwanya Frodebu Nyakuri.

JPEG - 4.2 ko

Ce parti salue le contenu du rapport de la CNDI. David Niyoncungu le secrétaire général indique que la volonté du peuple doit être respectée. Cependant, il trouve qu’une seule conclusion risque de rendre sa pirogue non opérationnelle. Il s’agit de la clause qui met en cause la loi régissant les partis politiques au Burundi. Au moment où le rapport de la CNDI dit qu’il y a certains partis qui n’existent que par leurs dénominations, cette recommandation vise à anéantir le multipartisme qui a servi à dénouer la crise burundaise depuis 1993, conclut David Niyoncungu.

Il s’agit d’un plan qui a été preparé bien avant, dit Tatien Sibomana de l’Uprona de Nditije.

JPEG - 7.6 ko

Le parti Uprona non institutionnel s’inscrit en faux contre ce que la CNDI et Nyakuri appellent la volonté du peuple car il s’agit d’un plan qui avait déjà été préparé. Tatien Sibonana explique que les participants dans ces dialogues ne faisaient qu’une lecture d’un texte sur papier déjà préparé. Si la population réclame la suprématie de la constitution aux accords de paix d’Arusha, cela signifie qu’il y a ceux qui veulent la remise en cause de ces Accords, a ajouté Tatien Sibomana. Pour lui, ce rapport n’a pas d’ailleurs tenu en considération tous les avis de toute la population afin de permettre l’extrapolation des résultats de ce rapport. Pour Cet acteur politique, en même temps porte parole de l’Uprona aile de Nditije, aucun burundais ne souhaiterait que le pays soit dirigé par une seule personne.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

451 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !



a

Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions



a

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques



a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?





Les plus populaires
Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions,(popularité : 95 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 29 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 28 %)

Ils seraient sur le point d’être réconciliés ,(popularité : 3 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 3 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 3 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 3 %)

Manif anti 3è mandat : Un agent du SNR tue un militaire de la FDN à Musaga,(popularité : 2 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 2 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 2 %)