Burundi : Le post fondamental crée des ennuis........




Par: Isanganiro , vendredi 2 septembre 2016  à 14 : 11 : 23
a

Après l’annonce de la note moyenne de 93/345 et 93/200 pour accéder à l’enseignement post fondamental pour les lauréats du concours national successivement pour les classes de 10e et 9e ; le ministère ayant en charge l’éducation retrace le sort que doit bénéficier chaque lauréat compte tenu de son rendement en classe ou au concours national.

La nouvelle mesure du ministère donne la faveur aux enfants qui ont échoué des deux côtés, c’est-à-dire en classe et au concours national. Ceux qui ont réussi en classe et échoué au concours, deviennent ipso facto autodidactes à la maison, pour revenir passer le concours après une année.

Cette mesure place les élèves-victimes , les parents et éducateurs dans une situation de dilemme

Le préfet des études au lycée municipal de Cibitoke venait de dire à un parent qui s’est entretenu avec la Radio, à côté de sa fillette de 13 ans, que sa fille allait être autodidacte pendant une année, pour repasser le concours national. Interrogation après interrogation, la femme ne sait pas à quel saint se vouer. Surpris par les propos de cette autorité scolaire, relayant le message du ministère, ce parent demande aux instances habilitées de revoir la mesure, sinon, leurs enfants ne vont rien devenir.

Stanislas Ndagijimana, représentant des parents au lycée municipal de Ngagara et en même temps enseignant au lycée du lac Tanganyika, estime que ces enfants ne peuvent pas réussir sans avoir suivi la matière en classe comme les autres. Il doute encore plus pour ceux qui étaient en 10ème année, et qui n’ont aucune notion dans le fondamental.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

547 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 11 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 11 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 10 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 9 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 9 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 9 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 9 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 9 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 9 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 8 %)