Le français sur une pente glissante au Burundi malgré les efforts de la francophonie




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 21 mars 2012  à 11 : 03 : 05
a

Pays charnière entre les pays de l’Afrique orientale et centrale, le Burundi pourrait jouir d’une meilleure intégration dans ces régions au niveau linguistique certes. Mais cette situation est aussi de nature à mettre en mal la langue française. Ce sont certaines des inquiétudes qui ont été soulevées par la presse lors d’un point de presse du ministre de l’éducation sur la célébration de la semaine dédiée à la francophonie du 20 mars 2012 sur le thème « le français est une chance ».

Dans ce point de presse, les journalistes ont relevé un ensemble d’éléments de nature à mettre le niveau de la langue française sur une pente glissante malgré les contributions de certains pays membres de la famille francophone.

Selon eux, depuis le début la politique de l’éducation gratuite, les langues swahili et anglais ont été ajoutées sur le kirundi et le français qui, au départ, étaient seulement apprises à partir de la première année primaire.

Ils ont souligné que les spécialistes en éducation ont déjà soumis leurs inquiétudes selon lesquelles l’enfant à bas âge est incapable d’apprendre toutes ces langues en même temps et être à mesure de s’exprimer sans ambages.

« Les enseignants aujourd’hui ont en outre un niveau en français qui s’affaiblit du jour au lendemain, » ont ajouté les journalistes.

Suite aux difficultés qu’ils observent dans cette langue de Molière, beaucoup d’élèves rapatriés en provenance de la Tanzanie et qui avaient demandé à étudier en langue anglaise à cause de l’incapacité à s’adapter dans cette langue ont été, pour certains d’entre eux, contraints d’abandonner le banc de l’école malgré différents efforts du gouvernement en faveur de l’éducation pour tous.

Le ministre de l’éducation nationale, Séverin Buzingo, a reconnu l’existence de certaines difficultés qui, aujourd’hui, se trouvent à la base du faible niveau des élèves.

Selon le ministre de l’éducation nationale les conditions d’études des élèves ne sont pas meilleures car, suite à la politique de gratuité de l’éducation, les effectifs de scolarisés sont devenus pléthoriques.

Pour Séverin Buzingo , la langue française n’est pas du tout sur une pente glissante au Burundi car elle aussi bien utilisée dans l’administration que dans l’enseignement. Le gouvernement envisage la formation des enseignants dans le souci de leur permettre de répondre aux besoins des services avec efficacité.

Quant à ceux qui disent que l’apprentissage de quatre langues soit de nature à créer une interférence linguistique chez l’enfant, le ministre de l’éducation a dit que, jusqu’à présent, aucun rapport qui met en cause cette forme d’enseignement n’a encore vu le jour.

« Les enfants apprennent plutôt à développer les compétences à l’orale, » dit il.

L’ambassadeur de la France au Burundi, Pierre Lamy, a dit que la langue française est aussi une chance au Burundi. Selon lui, puisque le Burundi est un pays charnière entre les pays de l’Afrique orientale et centrale, les gestionnaires des politiques linguistiques au Burundi ont du pain sur la planche pour profiter de cet atout.

Les concepts portés par les langues de l’Afrique centrale constituent par ailleurs un apport important dans les diversités constructives de la francophonie.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1300 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents scolaires



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents scolaires ,(popularité : 16 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 7 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 3 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 3 %)

Muyinga : Les chrétiens doivent s’engager dans la politique,(popularité : 3 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 3 %)

Renvoi des étudiants du campus Kiriri de l’Université du Burundi,(popularité : 3 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi,(popularité : 3 %)

Muyinga : L’épidémie du paludisme en régression.,(popularité : 3 %)