Burundi : OBR ferme temporairement son poste à Kanyaru -Bas


L’absence de trafic des marchandises traversant le poste frontalier de Kanyaru bas pousse l’Office burundais des Recettes OBR à fermer temporairement ce poste. Les opérateurs économiques et autres usagers sont priés de se rendre aux autres bureaux et postes de douanes les plus proches.



Par: Isanganiro , vendredi 14 octobre 2016  à 10 : 14 : 18
a

Dans un communiqué que le Commissaire Général de l’OBR a rendu public le 11 Octobre ; désormais, le poste frontalier de Kanyaru -Bas entre le Rwanda et le Burundi est temporairement fermé et tout passage de marchandise par ce poste sera qualifié de manœuvre frauduleuse.

L’OBR dont la mission primordiale est la collecte des recettes et ainsi alimenter le trésor public par la perception des impôts et taxes, juge inutile et non rentable de toujours maintenir son équipe et son matériel à Kanyaru – Bas. Une mission qui n’est pas aujourd’hui remplie en témoigne ce communiqué. Depuis le mois de juillet 2016, il est observé une absence du trafic de marchandises traversant ce poste.

Toutefois, une alternative est encore possible. "En cas de besoin des services des douanes, la communauté des affaires, l’administration locale et de la population sont demandés de se rendre aux autres bureaux et postes de douanes les plus proches" ; poursuit le même communiqué.

La fermeture de ce poste intervient au moment où depuis le mois de juillet, le conseil des ministres burundais a décidé de ne plus écouler la production vivrière du Burundi vers les pays voisins dont le Rwanda en particulier ; une mesure dont l’objectif vise à protéger la production agricole du Burundi, a argumenté le conseil des ministres.

Pourtant, l’OBR indique qu’au cours de ce trimestre écoulé allant du mois de Juillet à Septembre, a dépassé ses prévisions des recettes de 21.26milliards de fbu. Dans une conférence de presse de ce vendredi de présentations du rapport des réalisations trimestrielles, l’Office Burundais des recettes dit avoir collecté 169.8milliards sur 148.5 milliards de fbu de prévisions.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

395 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 2 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise ,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)