Burundi : Après une année d’amendement, elle mérite d’être révisée ; dit le CNC


C’est la loi de la presse de 2015. Le conseil National de la Communication met en cause cette loi. Elle a été promulguée à la veille des élections de 2015 car comportant des articles obsolètes selon le président du CNC. Karenga Ramadhan l’a précisé ce mardi lors d’un atelier de sensibilisation des journalistes sur le contenu de cette loi de 2015.



Par: Isanganiro , mardi 25 octobre 2016  à 16 : 20 : 43
a

Lors du lancement de cet atelier, le président du Conseil National de la Communication CNC a indiqué que la loi régissant la presse au Burundi est sous étude pour modification. Selon Karenga Ramadhan," c’est une façon d’aménager certaines dispositions pour qu’elles collent avec la réalité de terrain. Il faut qu’il y ait un texte qui précise qui est professionnel des medias et qui ne l’est pas ", a ajouté le président du CNC. Toutefois, il tranquillise que la loi révisée viendra pour compléter celle de 2015.

Selon Denise Mugugu présidente de la Maison de la Presse, c’est très important que les journalistes sachent le cadre légal de l’exercice de leur métier. D’après elle, " la première chose pour la sécurité du journaliste, c’est d’être en ordre avec la loi, il faut qu’il le sache". C’est un devoir pour les journalistes de savoir le contenu de la loi qui les régit, conclut –elle.

Malheureusement, cette révision de la loi sur la presse s’annonce au lendemain de la suspension provisoire de l’Union Burundaise des journalistes, UBJ par le l’ordonnance ministre de l’Intérieur de ce 24 Octobre. Le Ministre Pascal Barandagiye taxe les activités de ces associations de non conformes aux objectifs consignés dans leurs statuts, mais sont plutôt de nature à perturber l’ordre et la sûreté de l’Etat, ce que Alexandre Niyungeko, Président de UBJ et en exil aujourd’hui qualifie de trop. Il précise que s’il serait le cas, les personnes ou les responsables de l’UBJ devraient répondre devant la loi plutôt qu’être le syndicat ou à l’organisation de subir des fautes ou accusations qui sont portées contre les responsables de l’UBJ ; a martelé Alexandre Niyungeko.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

178 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Transfert temporaire du siège de la CIRGL,(popularité : 3 %)

Lucien Rukevya : Le SNR ne travaille pas tambour battant,(popularité : 3 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri : n’a pas d’ « espoir en la nouvelle équipe » du parti CNDDFDD,(popularité : 2 %)

Pierre Ngendandumwe était patriote ,(popularité : 2 %)

Intrigue autour de l’affaire Rukara ,(popularité : 2 %)

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)