Muyinga : Plus de défis dans les écoles publiques que dans les écoles privées.


Un mois après la rentrée de l’année scolaire 2016-2017, des effectifs sont pléthoriques dans les classes de première année post fondamentale et les élèves n’ont pas encore de supports ou manuels de l’élève. La pédagogie de l’intégration est difficile à appliquer.



Par: Isanganiro , jeudi 27 octobre 2016  à 10 : 38 : 21
a

La première année post fondamentale est fonctionnelle depuis la rentrée de l’année scolaire 2016-2017. La pédagogie d’intégration est une méthodologie qui doit être appliquée avec la reforme de l’enseignement au Burundi. Plus d’un mois après ladite rentrée scolaire, les enseignants peinent à appliquer cette nouvelle pédagogie. Celle-ci exige la participation effective des élèves lors des apprentissages pour acquérir non seulement les ressources théoriques mais aussi le savoir faire. Pour y parvenir, les enseignants et les élèves doivent disposer du matériel didactique tels les guides de l’enseignant et les manuels d’élèves. Les guides pour enseignants sont disponibles mais les élèves n’ont pas de supports. La participation des élèves est compromise par le manque de manuels contenant les textes et exercices objet de réflexion a-t-on appris des enseignants croisés à Muyinga.

La pédagogie d’intégration n’est pas applicable dans des classes aussi pléthoriques.

JPEG - 8.1 ko
Lycée de la Comibu à Muyinga

Lors des séances de recyclage des enseignants pour appliquer la nouvelle pédagogie, les formateurs rassuraient que la moyenne d’élèves par classe ne devrait pas dépasser 50 élèves. Au lycée de la COMIBU Muyinga, en première année Economique, plus de 110 élèves suivent les cours dans une seule classe. En section Sciences, on dénombre plus de 100 élèves. Au lycée de Mukoni, la section Science a également plus de 90 élèves dans une seule classe. Dans pareilles conditions, trois individus se partagent un banc public. Comment par exemple suivre les leçons sur les nouvelles technologies d’informations et de communications sans ordinateur, déclare Odetta Niragira, élève brandissant le programme avec un chapitre sur la bureautique, les parties externes et internes de l’ordinateur….

L’école privée est épargnée ?

JPEG - 7.1 ko
La Connaissance de Muyinga

L’école "La Connaissance" est le seul établissement privé disposant des classes d’enseignement post fondamental au chef lieu de la province de Muyinga. Là, les conditions d’apprentissage différent de celles du public. Pour bien encadrer les élèves, on limite l’effectif des élèves à caser dans les classes, déclare M. Sosthène Nkurunziza, Directeur de cette école. Le matériel est disponible y compris l’outil informatique pour que les élèves se réapproprient les TICs, ajoute-t-on. Les frais de scolarité s’élèvent autour de 200000 fr par an, les parents acceptent de supporter ces dépenses avec des taux de réussite rassurant poursuit le même directeur. A titre illustratif, pour le concours de fin de la 9ème fondamentale, la réussite est de 100%,révèle-t-il avec un ton de fierté indiquant que avec la rentrée scolaire, tous les demandeurs de places n’ont pas été accueillis à cet établissement faute de places.

Mieux faire : Recommandation des responsables de l’enseignement

M. Jean Baptiste Basomingera, Directeur de l’enseignement en commune de Muyinga reconnaît que des effectifs sont élevés dans certaines classes mais demande aux enseignants de fournir un effort pour plus de rendement. Les résultats au concours national ont prouvé que parfois le prétexte de classe pléthorique n’est pas toujours fondé pour justifier le rendement, dit-il. Les derniers établissements sur le classement n’avaient pas le plus d’élèves, ajoute-t-on. Pour lui,même l’Ecole privée" La Connaissance" en deuxième place après le lycée de Rugari en commune de Muyinga peut faire mieux notamment en recrutant des enseignants permanents. Contacté au sujet du manque des manuels des élèves, M. Blaise Pascal Misago, Directeur de l’Enseignement en province de Muyinga a indiqué que le rapport des besoins a été exprimé après l’orientation des élèves dans différentes sections. Ce directeur rassure que ces manuels pourront être disponibles dans un proche avenir. En attendant, le personnel éducatif est invité à fournir plus d’efforts en encadrant les élèves en dépit des problèmes rencontrés pour s’adapter à la nouvelle pédagogie.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

172 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage





Les plus populaires
Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école,(popularité : 100 %)

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés,(popularité : 9 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 6 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 5 %)

Muyinga : halte à la démographie galopante,(popularité : 5 %)

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC,(popularité : 5 %)

Bururi : Des huttes côtoient des villas au chef-lieu de la province,(popularité : 5 %)

UB et ENS : Suspens autour de la reprise des cours ce lundi ,(popularité : 5 %)

Cooptation d’une note de 10% aux finalistes de l’école secondaire,(popularité : 5 %)

Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 4 %)