Burundi : Les enquêteurs de l’ONU indésirables à Bujumbura


Dans une interview accordée à la Radio Isanganiro, le conseiller principal en communication du Président de la République a indiqué que la nouvelle commission des enquêteurs onusiens est illégale comme la précédente.



Par: Isanganiro , jeudi 24 novembre 2016  à 16 : 15 : 38
a

"Le Burundi ne collaborera pas avec les nouveaux enquêteurs parce qu’ils ont été désignés suite à un faux rapport que le gouvernement du Burundi a rejeté", a indiqué Willy Nyamitwe. Le conseiller principal en communication du Président de la République précise que le gouvernement du Burundi s’opposera à toute chose qui viole la souveraineté du Burundi.

La position gouvernementale n’est pas partagée avec l’opposition radicale. L’acteur politique Tatien Sibomana salue la décision du Conseil des Nations Unies des Droits de l’Homme d’envoyer les enquêteurs au Burundi. Selon lui, la mise en place de cette commission ne vient pas remettre en cause le rapport de la précédente commission. Cet opposant qui se réclame du parti Uprona trouve que le refus du gouvernement de permettre à la commission de travailler ne faire qu’empirer la situation.

Cette opposition du gouvernement burundais à la nouvelle équipe des experts onusiens intervient après que trois autres experts onusiens aient été déclarés "persona non gratta" par le pouvoir de Bujumbura. Ils avaient produit un rapport accablant sur les violations des droits de l’homme au Burundi depuis avril 2015. Le Sénat burundais avait même promis de produire un contre rapport.

La commission contestée avait été mise en place le 22 novembre courant par le président du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies, Choi Kyonglima pour relancer l’enquête sur les violations des droits humains au Burundi. Cette commission est présidée par Fatsah Ouguergouz de nationalité algérienne , et les membres sont Reina Alapini Gansu, un béninois et Françoise Hampson du Royaume-Uni.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

492 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  dimanche 4 décembre 2016   à 21 : 07 : 35

Meme si le Gouvernement Burundais reffuse la Commission
peut travailler en se basant dans les pays voisins
notament en Tansanie ou Rwanda
La Commission peut aussi travailler avec les Reffugies
en peut partout dans le Monde
Je suis au Canada je connais beaucoup qui m a pousse
de fouir et j ai le droit de donner toute information
pour que notre pays soit sauve la verite est la meuilleur
methode



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 19 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 3 %)

La politique de décentralisation reste lacunaire selon le Senat ,(popularité : 2 %)

Mbonabuca s’attaque aux médias et à la société civile ,(popularité : 2 %)

La chambre basse du parlement a-t-elle été convaincue ?,(popularité : 2 %)

Les œuvres du cinquantenaire ou des sept ans du pouvoir CNDD FDD ? ,(popularité : 2 %)

Le sénat approuve 7 gouverneurs dont un journaliste de la radio Isanganiro,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

Vol direct Bujumbura-Johannesburg de nature à rapprocher les deux peuples ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)