Burundi : Les enquêteurs de l’ONU indésirables à Bujumbura


Dans une interview accordée à la Radio Isanganiro, le conseiller principal en communication du Président de la République a indiqué que la nouvelle commission des enquêteurs onusiens est illégale comme la précédente.



Par: Isanganiro , jeudi 24 novembre 2016  à 16 : 15 : 38
a

"Le Burundi ne collaborera pas avec les nouveaux enquêteurs parce qu’ils ont été désignés suite à un faux rapport que le gouvernement du Burundi a rejeté", a indiqué Willy Nyamitwe. Le conseiller principal en communication du Président de la République précise que le gouvernement du Burundi s’opposera à toute chose qui viole la souveraineté du Burundi.

La position gouvernementale n’est pas partagée avec l’opposition radicale. L’acteur politique Tatien Sibomana salue la décision du Conseil des Nations Unies des Droits de l’Homme d’envoyer les enquêteurs au Burundi. Selon lui, la mise en place de cette commission ne vient pas remettre en cause le rapport de la précédente commission. Cet opposant qui se réclame du parti Uprona trouve que le refus du gouvernement de permettre à la commission de travailler ne faire qu’empirer la situation.

Cette opposition du gouvernement burundais à la nouvelle équipe des experts onusiens intervient après que trois autres experts onusiens aient été déclarés "persona non gratta" par le pouvoir de Bujumbura. Ils avaient produit un rapport accablant sur les violations des droits de l’homme au Burundi depuis avril 2015. Le Sénat burundais avait même promis de produire un contre rapport.

La commission contestée avait été mise en place le 22 novembre courant par le président du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies, Choi Kyonglima pour relancer l’enquête sur les violations des droits humains au Burundi. Cette commission est présidée par Fatsah Ouguergouz de nationalité algérienne , et les membres sont Reina Alapini Gansu, un béninois et Françoise Hampson du Royaume-Uni.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

501 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  dimanche 4 décembre 2016   à 21 : 07 : 35

Meme si le Gouvernement Burundais reffuse la Commission
peut travailler en se basant dans les pays voisins
notament en Tansanie ou Rwanda
La Commission peut aussi travailler avec les Reffugies
en peut partout dans le Monde
Je suis au Canada je connais beaucoup qui m a pousse
de fouir et j ai le droit de donner toute information
pour que notre pays soit sauve la verite est la meuilleur
methode



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Rufyikiri rejoint les frondeurs,(popularité : 6 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 6 %)

EurAc plaide pour des sanctions contre certains responsables burundais,(popularité : 6 %)

Le nouveau gouverneur de Gitega prend ses fonctions,(popularité : 6 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 5 %)

Burundi : Le président Domitien NDAYIZEYE dans le viseur de parti présidentiel,(popularité : 5 %)

Bujumbura : Une marche à Bujumbura contre la nouvelle résolution de l’ONU,(popularité : 5 %)

La réunification des FNL sujette de controverse à Rumonge,(popularité : 5 %)

Samedi, un congrès du CNDD-FDD sans « agenda » connu,(popularité : 5 %)

Le congrès du parti au pouvoir vient de débuter à Bujumbura,(popularité : 5 %)