Bujumbura : Que devient le prochain round d’Arusha ?


Après la récente visite du facilitateur B. William Mkapa dans le dialogue inter burundais à Bujumbura, l’opposition radicale et certaines organisations de la société civile récusent ce délégué de la communauté est africaine. Il est accusé de tourner la page de la vraie intrigue de la crise burundaise et le taxent de partialité, une récusation que la présidence qualifie de sans effet.



Par: Isanganiro , jeudi 15 décembre 2016  à 14 : 14 : 32
a

Dans une conférence de presse que le facilitateur a animée après son séjour à Bujumbura, Benjamin Mkapa a indiqué que la question de "3ème mandat" du président Pierre Nkurunziza est dépassée. Pour lui, il ne reste qu’à se préparer pour les élections de 2020. Ce mandat est légitime a renchérit le facilitateur à l’aéroport internationale de Bujumbura.

Du discours du facilitateur, les opposants réunis au sein de la plateforme de l’opposition en exil Cnared, disent ne plus reconnaitre Benjamin Mkapa comme médiateur dans le conflit burundais, Le Cnared estime que le médiateur met fin à sa mission en niant la nature du conflit burundais qui éclaté fin Avril 2015. Cette plateforme dont la majorité des initiateurs côtoie l’Occident, c’est le troisième mandat qui fait l’objet des pourparlers inter burundais d’Arusha.

Le discours est audible dans les oreilles du gouvernement de Bujumbura.
A la présidence de la République du Burundi, on perçoit la récusation du médiateur par le cnared comme un non événement, une récusation sans effet. Willy Nyamitwe, conseiller principal en communication à la présidence explique que le retrait du Cnared ne va rien changer dans le processus du dialogue. Un processus tel qu’initié et piloté par la sous région ne peut pas être perturbé par une coalition qui n’a jamais été invitée dans ledit dialogue et qui n’est pas reconnue par la loi au Burundi, a martelé Willy Nyamitwe.

Le discours du médiateur fait bouger la société civile. Une partie des organisations de la société civile ont été radiées par le ministère burundais de l’Intérieur alors que les autres ont été temporaire suspendues. Elles taxent le facilitateur Mkapa de partialité. Au nombre de douze, elles avancent l’idée selon laquelle, à travers son discours, il s’est manifesté des arguments visant à légitimer le pouvoir de Bujumbura en sous-estimant une partie prenante au conflit burundais. Malgré une sanction qui pèse contre elles, ces organisations projettent déjà la démission du facilitateur au profit des Nations Unies pour prendre ses responsabilités pour le bon processus du dialogue.

De ces positions politiques controversées jaillit une lumière mais prématurément prononcées. Selon Tatien Sibomana, un homme opposant, il faudrait attendre le prochain rendez- vous à Arusha pour pouvoir juger la position du médiateur B.William Mkapa.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

372 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Severin NTACOBERA   ce  dimanche 18 décembre 2016   à 13 : 23 : 17

Mes Chers compatriotes .

Jusqu’a present et cela depus tres longtemps les burundais n’ont jamais eu le courage politique de poser leur probleme dans ses veritables termes . Ici je ne voudrais pas etre trop bavard puisque tout le monde sait que le choix suicidaire qu’ont toujours fait ceux qui se sont succeeds a la direction politique de ce pays nous a toujours ramene a la case depart un eternel recommencement sans jamais avancer d’un iota .
Les burundais ont toujours choisi le mensonge comme leur mode de gestion des affaires de l’etat jusqu’a le vanter comme etant une valeur culturelle incontournable (ngo utabeshe ntasumira umwana )
Je ne voudrais pas revenir sur tous les mensonges qui ont eu comme consequences des crimes horribles qui ont endeuille la nation burundaise mais je voudrais revenir un tout petit peu sur ces soi-disantes negociations politiques sous la mediation de W.B MKAPA le farceur tanzanien .
Je suis etonne d’entendre un certain Willy NYAMITWE dire que la recusation du CNARED est sans effet . Et un certain Tatien SIBOMANA d’envisager le prochain round de ces pourparlers pour juger de la bonne foi de Mkapa .
S’il vous plait Mkapa lui meme a declare qu’il n’est pas capable d’etre neutre qu’il est du cote de ceux qui ont foule aux pieds la loi fondamentale burundaise . Mkapa etant un homme qui peut etre est depasse a cause de son age a clairement demissionne et je crois qu’il serait sage de le laisser tranquille .
Tout compte fait le probleme finira par etre resolu par les burundais eux-meme sans ou avec une mediation a la hauteur . Je recommande aux burundais de chercher un mediateur parmi ses fils et filles puisqu’il y en a qui sont capables d’aider leurs confreres a s’entendre .
Sans devoir chercher trop loin moi personnellement j’ai toujours dit que jai une proposition depuis les annees 1990 et pour eviter que les burundais ne profitent de cette chance les gestionnaires de l’epoque pilotes par le Major putschiste et multirecidiviste Pierre BUYOYA m’ont mis au placcard(Mpimba)pendant 4 ans par le petit homme de main du regime le petit procureur Jean Bosco BUTASI .
Depuis je suis en cavale et je ne compte pas rentrer tant que ces criminels ont encore de l’influence sur ce qui prevaut au pays .
J’ai un plan d’actions pour sortir definitivement le Burundi de la crise et ce plan date de la periode ou Feu Nelson Mandela etait mediateur dans le conflit burundais .En tout cas ce n’est ps Charles NDABA son conseiller politique qui peut me contredire .
J’etais sur mon chemein d’exil et c’est d’ailleurs lui qui m’a eloigne de cette sous region ou ma ve etait menacee .
Le jour ou les burundais voudraient me preter une Oreille attentive je suis pret a leur faire beneficier de mon experience politique et Bonne chance



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité",(popularité : 10 %)

Loi sur la presse : l’Eglise catholique plaide pour l’harmonisation des points de vue ,(popularité : 9 %)

Les acteurs de la vie du pays ont besoin d’être écoutés ,(popularité : 6 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 6 %)

FORSC : L’Unité Nationale se cherche encore,(popularité : 6 %)

Nyanza Lac vit aussi la dense de certains imbonerakure ,(popularité : 6 %)

Kayanza : Les débats pour les élections de 2015 au deuxième jour,(popularité : 6 %)

Les relations sino-Burundaise sont bonnes ,(popularité : 6 %)

L’ Uprona de la réhabilitation réclame un sursaut patriotique ,(popularité : 6 %)

L’UE prête à accompagner les élections de 2015,(popularité : 6 %)