Le poisson frais motive le sit in devant les bureaux HCR




Par: Marc Niyonkuru, , Friday 23 March 2012  à 16 : 47 : 11
a

Dès mercredi soir, une trentaine de familles rapatriées en provenance de Rumonge au sud du pays font un sit in devant les bureaux du Haut commissariat pour les refugiés HCR. Maisons, soins de santé et mangeailles sont certaines de leurs revendications. Ces familles sont venues avec certains de leurs biens comme les habits, les ustensiles de cuisine et autres.

Selon Ntamubano Timothée l’un de ces rapatriés, aussi longtemps que les conditions de précarité dans lesquelles ils sont ne sont pas réglées, ils ne vont pas quitter les locaux du siège du HCR au Burundi.

"Avant de quitter la république démocratique du Congo, le pays qui nous avait accueillis comme réfugiés, le HCR s’était entendu avec le Burundi sur la façon dont on allait être traitée. Nous n’obtempérons pas aussi longtemps que nos conditions de vie n’auront pas trouvées une issue de nature à nous satisfaire dit il," indique-t-il

Ces rapatriés disent que, depuis le jour de leur arrivée dans le pays, certains des membres de chaque famille vont chercher du petit bouleau au jour le jour dans les ménages des voisins où ils bénéficient de 1OOO francs par jour et par personne pour avoir à mettre sous la dent.

L’accès aux soins de santé pour ces personnes pose problèmes, selon ces rapatriés qui indiquent qu’ils sont exposés à la malaria. Les soins de santé ne sont pas gratuits comme le leur avait promis le ministère de la solidarité avant qu’ils ne viennent au pays.

Ces rapatriés réclament aujourd’hui les maisons car ils habitent dans des hangars au centre d’hébergement temporaire de Buruhukiro dans les tantes pendant près d’une année.

Ils accusent l’administrateur communal d’avoir un double langage. Selon eux, cette autorité communale leur avait promis qu’il allait leur partager les maisons de Mutambara et Busebwa. Hélas, la promesse n’est pas devenue réalité car ces maisons sont pour le moment occupées par des particuliers.

L’administrateur communal de Rumonge indique que ces rapatriés ont refusé d’aller à Rutana où des maisons leurs avaient été construites sous prétexte qu’ils seraient loin du lac Tanganyika, loin du poisson frais, et surtout dans le froid .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

394 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

pre-moderation

This forum is moderated before publication: your contribution will only appear after being validated by an administrator.

Who are you?
Your post
  • To create paragraphs, just leave blank lines.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Send a message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent



a

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout



a

Education : Un sac de ciment pour valider l’inscription d’un nouvel élève





Les plus populaires
Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 35 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 16 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 16 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 13 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 10 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 4 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 3 %)

SOS : Six millions de fbu pour sauver la vie d’Edgard,(popularité : 3 %)

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités ,(popularité : 3 %)

Bujumbura : 11 employés de la Librairie Saint Paul en conflit avec la direction,(popularité : 3 %)