Burundi : Importation du sucre à partir du mois de Février.


Au moins cinq tonnes du sucre vont être importées à partir de février jusqu’au mois Mai. Le ministère du commerce qui ne reconnait pas la pénurie ou une faible production de ce produit explique qu’il s’agit d’une décision visant à prévenir le manque du sucre durant la campagne de production par la Sosumo.



Par: Isanganiro , mardi 10 janvier 2017  à 14 : 28 : 19
a

Le ministère du commerce, de l’industrie et du tourisme envisage autoriser aux commerçants remplissant les conditions, à partir de Février jusqu’au mois de mai d’importer le sucre des pays étrangers. Selon Sébastien Nzimana Directeur Général du commerce, il s’agit d’une décision qui vise à prévenir la pénurie du sucre lors de la campagne de production du sucre par la SOSUMO. Cette autorité spécifie que durant cette période d’importation, la quantité attendue sera de 5000t, ce qui ne va pas causer de répercutions sur la vie économique de le Sosumo, explique Sébastien Nzimana.

Il précise que des conditions seront exigées aux commerçants pour être importateur du sucre. Il s’agit d’ un registre de commerce, un numéro d’identification fiscale, le code d’importateur et la capacité financière d’importer au mois 5000 t. Il ajoute que si la pénurie persiste même après les 3 mois, le ministère du commerce saura la décision à prendre.

Cette importation interviendra un mois après la hausse des prix du sucre partant de 1900 à 2200fbu le kilogramme, une augmentation qui se réfère à la loi portant fixation du budget général de l’Etat, exercice 2017 prévoyant une variation fiscale de 200fbu par kilogramme du sucre comme l’a souligné Sébastien Nzimana ; la nette différence mathématique étant réservée aux coûts de production de ce produit par la société sucrière de Mosso.

Malgré cette augmentation, la spéculation des vendeurs sur ce produit se lit sur le marché .Les commerçants fixent le prix du sucre selon leur appréciation. Dans certains quartiers de la capitale et même à l’intérieur du pays, le prix du kilogramme, à défaut d’être vendu par cuillère à 100f, oscille entre 3000 et 4000fbu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

363 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les institutions financières reconnaissent le manque de billets verts au Burundi



a

Burundi : Certains agents de banque accusés de corruption dans l’octroi des crédits



a

Burundi : Le café de Kayanza et Ngozi rafle la coupe d’excellence



a

Muyinga : Vers la régionalisation agricole



a

Rumonge : Le site des eaux thermales de Mugara peu fréquenté



a

Bujumbura : La gare du Nord migre vers le marché Ngagara 2



a

Des conflits autour de la salubrité en Marie de Bujumbura



a

Bujumbura, tout véhicule sous l’œil de la Mairie



a

Lycée Kiremba-Sud : Finie l’obscurité



a

Muyinga : Les coopératives des caféiculteurs priment les femmes





Les plus populaires
Burundi : Les institutions financières reconnaissent le manque de billets verts au Burundi,(popularité : 10 %)

Incendie du marché de Bujumbura : La BCB donne 50 million de Francs burundais,(popularité : 5 %)

Burundi : Certains agents de banque accusés de corruption dans l’octroi des crédits,(popularité : 4 %)

L’ancien COTEBU met en vente sa production,(popularité : 4 %)

Burundi : Revenue National Moyen par Habitant estimé à 280 $ en 2013,(popularité : 4 %)

Rumonge : Le site des eaux thermales de Mugara peu fréquenté,(popularité : 4 %)

Spéculation sur le ciment fabriqué au Burundi ,(popularité : 3 %)

Colloque sur l’élevage au Burundi : les acteurs veulent moderniser le secteur,(popularité : 3 %)

Clément Butoke : « les billets de banque usagés nuisent à l’image du pays »,(popularité : 3 %)

Muyinga : Vers la régionalisation agricole,(popularité : 3 %)