"Le dialogue ne consacre pas l’impunité", dit le Prof. J. Ndayisaba


« La solution à tout conflit ,c’est le dialogue entre les protagonistes », a affirmé Joseph Ndayisaba, professeur d’université dans son exposé sur les fruits du dialogue. C’était le mercredi 22 mars 2017, lors d’une conférence publique organisée conjointement par Chaire Unesco, Ecole de la foi et Caritas Burundi.



Par: Isanganiro , jeudi 23 mars 2017  à 14 : 37 : 30
a

« Quand les gens cohabitent ensemble, ils ont des intérêts souvent divergeants », affirme M. Ndayiba. Selon lui, le problème réside dans la course aux intérêts qui sont souvent similaires d’où la naissance de conflit. En effet, dit le professeur, la voix du dialogue est la meilleure stratégie pour y répondre. Il offre une opportunité aux uns des autres, de faire des concessions au prix de la paix et finalement pour pouvoir sauvegarder ses propres intérêts.

Pour ce conférencier, les fruits du dialogue sont entre autres, l’empathie, la valorisation d’autrui et la réduction des désaccords. Cependant, poursuit ce professeur d’université, le dialogue ne consacre pas l’impunité des crimes. "Vous avez des gens qui, par leur nature, sont avides du succès. Ces derniers préfèrent être les premiers parmi les bandits au lieu d’être les seconds parmi les gens normaux », souligne - t- il.
"Il y a des gens qui sont sentent gênés des progrès des autres et d’autres qui veulent s’enrichir à tout prix en marchant sur les cadavres des autres’", regrette Ndayisaba. Dans ces cas, précise le professeur, tous les Etats et toutes les organisations prévoient toujours des sanctions contre les écarts de ce genre quand ça dépasse les capacités d’entente entre les gens.

Lors d’un dialogue, poursuit le professeur Ndayisaba, il faut éviter de tendre des pièges et d’user de la force en vue de résoudre un conflit. "La bonne voie de résoudre un différend est de ne pas exiger l’impossible, plutôt faire des concessions et définir clairement les intérêts en jeux", poursuit l’ interlocuteur.

De cette conférence, les participants notent , quant à eux, les causes des conflits au Burundi. Ils mettent en exergue l’impunité, le manque d’indépendance judiciaire et les divergences dans la lecture du passé comme principales causes de conflits presque cycliques au Burundi.

Difficultés d’avoir une même des faits

A ce propos, l’abbé Célestin Simbanduku, professeur au grand séminaire de Gitega dont son exposé se focalise sur ’’le pouvoir du pardon’’, ’’il n’est pas facile que des gens aient la même vision du passé vue que chacun à sa propre histoire’’, renchérit-il. Cependant, indique cet homme de l’Eglise, la commission vérité et réconciliation (CVR) pourra aider les Burundais à arrondir les angles de leurs points de vue par la collecte de toutes les vérités individuelles, les analyses, recherches et la compilation de toutes les informations éclairant le passé sombre du Burundi. "Il ne sera pas possible d’avoir une lecture commune des événements . Même à l’église catholique, il existe quatre versions différentes du nouveau testament sur le même personnage qui est le Christ", a martelé enfin ce consacré.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

224 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  dimanche 26 mars 2017   à 17 : 55 : 59

Je remercie le Professeur Josph Ndayisaba pour son expose
Notre histoire sur le passe est simple AVOIR DES BONS DIRIGEANTS les problemes seront termine parceque tout ces
reviennent de la mauvaise Gouvernance
L Histoire de notre Pays est mal interprete par des mauvais
Dirigeants pour pouvoir diviser le Peuple Burundi et de
regner dans l Impunite total
Le probleme setrouve dans la Classe Intelectuel Qaund on
aura des Dirigeants honnete digne cet Histoire du passe

ne sera plus des Problemes Il sera une Lecon pour Avenir
de notre Peuple
cet Histoire du passe ne sera plus de probleme il sera une lecon pour l Avenir Merci Rose Hakizimana



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
le compteur des retenues démarre à la fonction publique,(popularité : 3 %)

La sécurité des témoins, une des solutions pour l’impunité au Burundi ,(popularité : 3 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 2 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 2 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 2 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 2 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 2 %)