Agathon Rwasa dénonce un plan de machination contre lui.


Le premier Vice-président de l’Assemblée Nationale affirme avoir des informations selon lesquelles il y aurait un plan monté de toutes pièces par ses anciens compagnons de lutte armée visant à l’accuser de mettre en place des groupes armés pour qu’il soit assassiné ou mis sous les verrous.



Par: Isanganiro , mardi 4 avril 2017  à 16 : 50 : 35
a

Pour ce numéro de la coalition d’Amisezo y’abarundi, une hantise monte de tension au sein d’un groupe de politiciens qui comptent se maintenir au pouvoir ou de conquérir le pouvoir après avoir éliminé Agathon Rwasa. "Si on devrait aller aux élections, je peux être sur que ma voix ne compterait même un pourcent en elle seule mais je ne sais pas la décision de tel ou tel autre électeur", dit Agathon Rwasa. Pour lui, il s’agit "une perte de temps " de faire flèche de tout bois pour nuire à ce denier.

A cet effet, d’après toujours lui, un plan de machination pour coller au dos Agathon Rwasa des armes serait en train d’être préparé. Parmi ces gens dénoncés par Agathon RWASA figure quelqu’un arrêté en provenance de Rwanda voisin, qui pour le moment croupit dans la prison centrale de Mpimba. Ce dernier serait entrain d’être préparé pour un jour accuser le Député RWASA qu’il lui a confié la mission de collecter des armes.

Des renions pour faire naitre une rébellion à charger à Agathon Rwasa

A la longueur de cette liste, Agathon Rwasa dans ce même dossier dénonce également le député Adolphe BANYIKWA, ex-secrétaire général dans la coalition Mizero y’abarundi. Son ex-patron le charge d’avoir très récemment tenu une réunion visant à mettre en place des groupes armés qui opéreraient dans différents coins du pays afin de faire endosser à Rwasa toutes ces attaques."Il y a une réunion qui a été conduite notre ancien secrétaire général. Etaient participants certains officiers de l’armée et de la police. Ils auraient de leur tour rencontré certains démobilisés", précise Agathon Rwasa. Il fait savoir également qu’une enveloppe de dix millions de fbu aurait été promise après l’accomplissement de leur mission de recruter des jeunes et quelques démobilisés. ’’Ils tireront des coups dans différentes provinces du pays pour prétendre qu’il s’agit d’une rebellons de Rwasa", a -t-il souligné.

De son côté, le député Banyikwa Adolphe balaye d’un revers de la main toutes ces accusations.Pour lui, ce sont de faux temoignages ." Depuis des temps, il accuse des gens d’une façon ou d’une autre. S’il veut faire une politique dans le pays, qu’il n’accuse personne de faux témoignages. Moi, je suis à l’aise qu’il le soit lui aussi", explique Hon. Banyikwa.

Contacter à ce sujet le porte parole de la police burundaise, Pierre Nkurikiye renvoie ce premier vice président de l’Assemblée nationale aux forces de sécurité."Si Agathon Rwasa a des problèmes liés à sa sécurité, qu’il avise les forces de sécurité pour qu’elles prennent des mesurent qui s’imposent." a répondu OPP1 Pierre Nkurikiye.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

474 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 3 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 2 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 2 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 2 %)