Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 29 mars 2012  à 18 : 01 : 35
a

"Sans opposition, la démocratie est en péril et va jusqu’à risquer sa disparition au profit d’une dictature monopartite," ce sont là les pros de Sylvestre Ntibantunganya , Ex président burundais devant un parterre de diplomates, de certains membres du gouvernement et des deux chambres du parlement dans un débat sur le statut de l’opposition politique au Burundi .

Selon le président Ntibantunganya, suite au boycott dans les élections législatives par les partis regroupés au sein de l’ADC Ikibiri, la configuration actuelle de l’Assemblée Nationale ne reflète pas le paysage politique du Burundi.

« Il est probable que si ces partis avaient pris part à ces élections, ils auraient pu obtenir entre 30 et 40 % des sièges à l’Assemblée nationale. Ainsi, Le CNDD-FDD ne disposerait pas de la forte majorité qu’il a aujourd’hui, » dit il.

De la part de Sylvestre Ntibantunganya, l’opposition politique s’organise dans un environnement extra parlementaire. Pour lui un statut régissant les partis politique de l’opposition devrait voir le jour dans le souci de promouvoir les règles de la démocratie et d’autres libertés politiques.

Nicéphore Ndimurukundo, membre de l’opposition politique regroupée au sein de l’ADC a dit qu’avant de parler de statut il faut d’abord exister. Selon lui, les partis politiques de l’opposition sont muselés qu’il serait aujourd’hui erroné de penser à une telle innovation.

Tour à tour les leaders des partis politiques de l’opposition se sont inscrits en faux par rapport à ce débat. Le porte parole du, Mouvement pour la Solidarité et le Développement, MSD a qualifié l’organisation d’un tel débat d’aberration.

L’Ambassadeur Sébastien Ntahuga a indiqué que l’état actuel de la démocratie est le résultat des efforts des Burundais durant une vingtaine d’année raison pour laquelle la majorité et l’opposition ont intérêt à ne pas jeter dans les oubliettes de l’histoire cet acquis pour l’intérêt des générations futures.

Selon lui, la mise en place de ce statut vaut la peine car même demain la majorité peut se retrouver dans l’opposition.

« Un homme politique bien avisé possède une intuition, une intelligence affective immédiate qui lui permet de ressentir ce que les autres ressentent et d’orienter ainsi son action. Si vous ne savez pas bien, vous ne serez pas bien si vous savez bien vous serez bien » a-t-il souligné.

Ce débat a lieu au moment où un projet de loi sur le statut de l’opposition politique au Burundi a été envoyé à ces partis pour qu’elle s’imprègne de son contenu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

739 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 7 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 4 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 4 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 4 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 4 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 4 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 4 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 4 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 4 %)

Le refoulement d’Alexis Sinduhije serait retardé d’une semaine ,(popularité : 3 %)