Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 29 mars 2012  à 18 : 01 : 35
a

"Sans opposition, la démocratie est en péril et va jusqu’à risquer sa disparition au profit d’une dictature monopartite," ce sont là les pros de Sylvestre Ntibantunganya , Ex président burundais devant un parterre de diplomates, de certains membres du gouvernement et des deux chambres du parlement dans un débat sur le statut de l’opposition politique au Burundi .

Selon le président Ntibantunganya, suite au boycott dans les élections législatives par les partis regroupés au sein de l’ADC Ikibiri, la configuration actuelle de l’Assemblée Nationale ne reflète pas le paysage politique du Burundi.

« Il est probable que si ces partis avaient pris part à ces élections, ils auraient pu obtenir entre 30 et 40 % des sièges à l’Assemblée nationale. Ainsi, Le CNDD-FDD ne disposerait pas de la forte majorité qu’il a aujourd’hui, » dit il.

De la part de Sylvestre Ntibantunganya, l’opposition politique s’organise dans un environnement extra parlementaire. Pour lui un statut régissant les partis politique de l’opposition devrait voir le jour dans le souci de promouvoir les règles de la démocratie et d’autres libertés politiques.

Nicéphore Ndimurukundo, membre de l’opposition politique regroupée au sein de l’ADC a dit qu’avant de parler de statut il faut d’abord exister. Selon lui, les partis politiques de l’opposition sont muselés qu’il serait aujourd’hui erroné de penser à une telle innovation.

Tour à tour les leaders des partis politiques de l’opposition se sont inscrits en faux par rapport à ce débat. Le porte parole du, Mouvement pour la Solidarité et le Développement, MSD a qualifié l’organisation d’un tel débat d’aberration.

L’Ambassadeur Sébastien Ntahuga a indiqué que l’état actuel de la démocratie est le résultat des efforts des Burundais durant une vingtaine d’année raison pour laquelle la majorité et l’opposition ont intérêt à ne pas jeter dans les oubliettes de l’histoire cet acquis pour l’intérêt des générations futures.

Selon lui, la mise en place de ce statut vaut la peine car même demain la majorité peut se retrouver dans l’opposition.

« Un homme politique bien avisé possède une intuition, une intelligence affective immédiate qui lui permet de ressentir ce que les autres ressentent et d’orienter ainsi son action. Si vous ne savez pas bien, vous ne serez pas bien si vous savez bien vous serez bien » a-t-il souligné.

Ce débat a lieu au moment où un projet de loi sur le statut de l’opposition politique au Burundi a été envoyé à ces partis pour qu’elle s’imprègne de son contenu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

804 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 34 %)

Frédéric Bamvuginyumvira est désormais provisoirement libre ,(popularité : 19 %)

Le facilitateur Mkapa jette officiellement l’éponge ,(popularité : 19 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 19 %)

Des manifestatations au centre ville de Bujumbura,(popularité : 19 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 18 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 18 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 18 %)

Muyinga/L’évêque du diocèse catholique dénonce les messages divisionnistes,(popularité : 17 %)

Des manifestations aux allures de violences ciblées ,(popularité : 17 %)