Bubanza : Le retour des femmes /hommes adeptes d’Eusebie crée de remous dans les familles de Musigati


Après 2 ans sans nouvelles, les adeptes de la nommée Eusebie commencent à rejoindre leurs familles. La colline de Masare en commune Musigati a déjà accueilli 7 femmes parmi plus de 300 qui sont parties depuis deux ans. Mais un climat de suspicion et de méfiance règne dans les familles.



Par: Isanganiro , mercredi 19 avril 2017  à 20 : 15 : 16
a

Certaines de ces femmes n’ont pas été accueillies à bras ouverts par leurs maris qui sont restés presque abandonnés sur la colline. Après une longue période d’absence de leurs conjointes, certains des hommes ont décidé de se marier à d’autres épouses ."Je ne vois pas comment mon ancienne femme peut revenir dans ma maison, après deux ans qu’elle est partie, je ne sais où. Et puis , je me suis remarié’, pourquoi pas ! ", explique Nahayo Marius de la colline Masare. Il ajoute que la femme avec qui il a eu trois enfants n’a qu’à retourner chez Eusebie. Au contraire, les enfants souhaitent que leurs mères regagnent le bercail. "Ma mère doit regagner la famille, son ménage, la concubine n’a qu’à retourner chez elle avec son enfant qu’elle a eu avec mon père, a revendiqué Nikobamye Gédéon, le fils de la femme refoulée.

Interrogées à propos, ceux et celles qui sont déjà revenus , sans donner plus de détails , affirment qu’ils étaient dans le pays voisin, la RDC où ils avaient demandé refuge. " Nous avons fui une probable guerre qui allait éclater au Burundi en 2015", a témoigné une de ces adeptes de Eusebie. Sur la liste, 334 personnes majoritairement composées des femmes sont parties en 2015 sur la colline de Masare dans la commune de Musigati selon le chef de colline qui dit ne pas voir à quel saint se vouer face à ces conflits familiaux liés au retour de ces adeptes ne cessent d’être enregistrés sur sa colline. Cet élu collinaire ajoute que 5 hommes qui étaient restés sur cette colline se sont déjà remariés et même beaucoup d’autres ne cessent de demander l’autorisation de prendre d’autres femmes.

En plus de ces femmes , certains hommes de ce mouvement de retour manifestent une tendance de chasser leurs épouses qui n’ont pas adhéré’ à ces enseignements bibliques de Eusebie . Ils accusent leurs femmes d’avoir entretenu des relations avec d’autres hommes et de n’avoir pas été à la hauteur de bien gérer les biens familiaux.’’ Mon mari ne cesse de me torturer de ses blasphèmes . Il me charge d’avoir d’autres hommes après son départ. Il m’oblige aussi de lui rendre une chèvre que j’ai vendue alors que les enfants allaient être chassés de l’école, faute de cahiers suffisants et de minerval", se lamente Niyukuri Marianne qui ajoute qu’elle risque de céder à la répression et agression de son mari.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

294 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bujumbura : De vieux démons se réveillent à Buyenzi



a

Muyinga : Un site pour moulins touche par l’incendie



a

Burundi : Un groupe prêt à liquider A. Rwasa, révèle Jacques Bigirimana



a

Rumonge reçoit encore des réfugiés congolais



a

Burundi : Une mort occasionnée, une cicatrice difficile à guérir



a

Cibitoke : Embuscade tendue sur la RN5



a

Rumonge : Une cinquantaine de congolais expulsés



a

Burundi : Des maisons et enclos brulés à Musongati



a

Cibitoke : Des maisons sont brulées en cascade sur la colline Ndava



a

« Nous ne savons rien du fonctionnement des feux tricolores », disent certains conducteurs





Les plus populaires
Bujumbura : De vieux démons se réveillent à Buyenzi,(popularité : 11 %)

Attaque à Cibitoke : Un silence intriguant du gouvernement ,(popularité : 5 %)

Le gouvernement dit ignorer le plan safisha, la société civile toujours inquiète ,(popularité : 3 %)

Grève à l’Université du Burundi sur fond de retard des bourses d’étude des assistants,(popularité : 3 %)

Muyinga/Deux présumés membres des groupes armés arrêtés en Tanzanie,(popularité : 2 %)

ISALE/SECURITE : Pontien BARUTWANAYO n’est plus,(popularité : 2 %)

Muyinga : Un site pour moulins touche par l’incendie,(popularité : 2 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 2 %)

Un prêtre catholique échappe de justesse à un lynchage par des imbonerakure à Makamba,(popularité : 2 %)

Double assassinat au sein de la FDN : Lt-Col.Darius Ikurakure et Maj. Didier Muhimpundu ,(popularité : 2 %)