Burundi : Il est libre après une semaine de détention en RD Congo


Le journaliste Antediteste NIRAGIRA récemment arrêté en République Démocratique du Congo est libre depuis ce mardi. Le service national de renseignement congolais l’a remis à celui du Burundi ce lundi. La police burundaise indique que ce journaliste avait été arrêté pour faute d’accréditation, ce que affirme Antéditeste Niragira.



Par: Isanganiro , mardi 23 mai 2017  à 17 : 38 : 02
a

Antediteste Niragira , journaliste burundais et correspondant de la radio allemande Deutsche Welle témoigne qu’il a été arrêté sur le sol congolais tout près du camp des réfugiés burundais à Kavimvira, mercredi le 17 mai 2017.

"J’avais quitté le Burundi le mercredi pour aller travailler au camp de réfugiés de Kavimvira. Moi- même, je savais que je devrais avoir une accréditation avant de travailler. On m’a arrêté lorsque j’étais en pleine démarche de sa recherche comme je pouvais le faire étant sur le sol burundais via l’ambassade de la RDC à Bujumbura", explique Antediteste Niragira. Il déplore que son arrestation a eu lieu lorsqu’il s’informait du siège de l’Agence Nationale de Renseignement dans le but de demander une accréditation. "Avant d’aboutir à cette étape, j’ai été arrêté", souligne t-il.

L’arrestation d’Antéditeste est tombée avant de se lancer à sa mission au camp de Kavimvira. "Il faut comprendre que je n’avais pas commencé à travailler car mon objectif était d’interviewer le patron du camp de Kavimvira et les réfugiés aussi, ce qui ne devrait être possible sans l’accréditation", souligne le journaliste Niragira.

Antediteste, décrit conditions carcérales difficiles au Congo

Le journaliste Antediteste Niragira temoigne de sa vie carcérale en République démocratique du Congo. Il indique qu’il a passé sa première nuit dans une pièce non éclairée regorgeant "toute sorte de saleté et abritant toute sorte d’insectes nuisibles à la santé humaine". Le jour suivant, A.Niragira a été transféré dans une autre cellule, une pire situation encore, raconte t-il. "Le reste de mon temps, on m’a déplacé dans une autre pièce de 2mx2m qui n’a qu’une seule fenêtre où nous étions enfermés à six. Dans cette dernière, il y avait toujours toute sorte d’insectes. Je me grattais toute la nuit et je ne pouvais pas dormir",affirme t-il.

Antéditeste Niragira, remis au conseil National de communication burundais avant sa libération

C’est alors ce lundi 22 Mai que la RDC a remis le journaliste Antéditeste Niragira à la police burundaise. Il a passé sa nuit au sein du bureau de service national de renseignement burundais avant d’être remis au conseil national de la communication, CNC. Le porte parole du CNC Aime Divine Niyokwizigirwa rappelle aux journalistes et responsables des medias de se munir des documents nécessaires avant tout déplacement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

254 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 85 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 12 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 8 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 6 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 5 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 4 %)

Zénon Ndaruvukanye échappe à un attentat, plusieurs armes saisies ,(popularité : 4 %)

"Plus jamais ça à l’endroit des journalistes", implore le CNC,(popularité : 4 %)

Bururi : Commémoration de vingt ans après les massacres des 40 séminaristes de Buta ,(popularité : 4 %)

Musaga : la tension monte !,(popularité : 3 %)