Bujumbura, tout véhicule sous l’œil de la Mairie


Faisant suite de la mise en application de la loi du Maire de la ville du moi d’octobre 2016 portant réglementation du stationnement en Marie de Bujumbura, une loi en vigueur pour le véhicules assurant le transport rémunéré ; dès ce lundi 19 juin, débute la perception des frais de stationnement pour d’autres véhicules à affaire promenade , une somme de 300f en raisin d’une heure.



Par: Isanganiro , lundi 19 juin 2017  à 14 : 13 : 11
a

Selon le conseiller principal du Maire de la Ville de Bujumbura, cette mesure rejoint le train en marche pour les véhicules du transport rémunéré. Dès ce lundi 19 Juin, les véhicules à affaire promenade qui seront stationnés dans les voies publiques vont désormais payer 300fbu en raison d’une heure. Ramadhan Nkurikiye donne aussi d’autres précisions : "A une heure supplémentaire, au premier prix du parking, le propriétaire aura à ajouter encore une somme de 300fbu ; un stationnement maximal de douze heures, le propriétaire de la voiture se retrouvera face un montant forfaitaire de deux milles de même qu’un abonnement mensuel pour ceux lui le désirent sera évalué à trente milles fbu", ajoute Ramadhan.

De cette nouvelle réglementation, les parkings qui se situent à l’intérieur des clôtures des différentes organisations privées, car explique Ramadhan Nkurikiye, sont exclus des véhicules de l’Etat, ne sont pas concernés. La taxation n’intéresse que les stationnements sur les voies publiques. Mais, précise -t-il, les grandes avenues des quartiers résidentiels en majorité bitumées ne sont pas écartées par la décision.

La mairie de Bujumbura appelle les propriétaires des véhicules à garder plus de vigilance dans le paiement. La collecte des frais de stationnement se fait par une équipe des agents de la Mairie de Bujumbura .’’ Il serait mieux de donner l’argent à un agent qui porte une identification de la Mairie de Bujumbura en autre une badge présentant un logo de la Mairie , détenant sur lui un ticket valeur", précise Ramadhan Nkurikiye, conseiller principal du Maire de la Ville de Bujumbura.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

326 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 3 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 2 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise ,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)