« Nous ne savons rien du fonctionnement des feux tricolores », disent certains conducteurs


Certains conducteurs des bus avouent qu’ils ignorent le fonctionnement des feux tricolores. C’est au moment où ils sont entrain d’être installés à différents endroits de la ville de Bujumbura.



Par: Isanganiro , mardi 20 juin 2017  à 17 : 43 : 25
a

Les chauffeursde la capitale Bujumbura affirment qu’ils auront du mal à conduire quand les feux tricolores (dit aussi feux rouges) seront opérationnels dans toute la ville de Bujumbura. « Même si on a appris le code de la route, on n’a pas pu pratiquer. on s’est limité à la théorie », expliquent-ils. Des pratiques inhabituelles à Bujumbura ; des coups de soufflets sont entendus pour céder le passage aux hauts cadres du pays. Ces conducteurs s’interrogent si les convoies de certains dignitaires qui outrepassent le code de la route vont se conformer à ces signalisations.

Dans le cas contraire, ces usagers de la voie publique craignent la recrudescence des accidents routiers du moment que ces vehicules ne respectent pas les règles de conduite. « Des fois, ces véhicules ne respectent même pas les sens uniques », témoigne un des conducteurs.

Un autre conducteur des bus en appelle à la responsabilité de l’Etat pour conscientiser la population sur les avantages de ces signaux. C’est une perte énorme pour le pays lorsqu’ils sont endommagés, estime-t-il.

Le Commandant de la police spéciale de roulage informe que l’on est toujours au stade d’essaie de ces feux tricolores. Alfred Innocent Museremu dit qu’ils vont chercher les canaux de sensibilisation sur leur fonctionnement.

Concernant l’alimentation en énergie de ces feux tricolores et leur sécurisation, le commandant de la PSR dit que le ministère du transport qui supervise les travaux d’installation pourra donner d’éclaircissement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

203 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 55 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 8 %)

Le M23 pourrait se retirer de Goma et de Saké,(popularité : 6 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 5 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 4 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 3 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

Zénon Ndaruvukanye échappe à un attentat, plusieurs armes saisies ,(popularité : 3 %)

"Plus jamais ça à l’endroit des journalistes", implore le CNC,(popularité : 3 %)

Bururi : Commémoration de vingt ans après les massacres des 40 séminaristes de Buta ,(popularité : 3 %)