Burundi : La lèpre, 500 nouveaux cas dépistés chaque année


Elle est une maladie infectieuse clonique, toujours présente dans certains pays du monde. Au Burundi, 500 nouveaux cas sont enregistrés chaque année , comme l’indique Dr ThaddéeNdikumana, directeur du programme nationale intégré lèpre tuberculose.



Par: Isanganiro , jeudi 14 septembre 2017  à 17 : 57 : 22
a

Les lépreux sont souvent victimes de discrimination, explique le Directeur. Ce qui entraine des consultations tardives car certaines personnes pensent qu’il s’agit d’une maladie congénitale et parle des familles de lépreux, poursuit Dr Thaddée Ndikumana. Selon lui le seuil d’incubation dure longtemps car les premiers symptômes peuvent apparaitre cinq ans, voir dix ans après avoir contracté la maladie ce qui complique le diagnostic précoce.

Des activités de sensibilisation en collaboration avec les prestataires périphériques, les agents de santé communautaire et les élus locaux ont été initiées dans les zone endémiques. Cette campagne a pour comme impact , l’augmentation du nombre de ceux qui se font consulter, dit le Dr Ndikumana. Il encourage les personnes atteintes de cette lèpre à vaincre cette discrimination en participant aux activités de développement.

Le médecin directeur du programme national intégré, lèpre tuberculose fait savoir que certaines activités génératrices de revenus ont été initiées ; cela à travers les associations des anciens malades lépreux et même ceux qui sont toujours sous traitement. selon lui, l’objectif de dissiper cette stigmatisation où l’auto discrimination incitent les patients pour vaincre la peur de se faire consulter.

Et d’ajouter Thaddée Ndikumana que le programme permet également de redonner la chance de l’appréhension et de la marche à ceux qui ont des membres amputés ou diagnostiqués tardivement, ajoute le médecin directeur. La lèpre peut guérir à une seule et une seule condition, un dépistage précoce, souligne Dr Ndikumana.

Au Burundi, les soins aux lépreux sont assurés gratuitement et le stade précoce le traitement peut aller de six mois à une année, confirme le Directeur du programme national integré. Il déplore que des gens peuvent se rendre compte qu’ils ont des taches indolores mais ne se fassent pas consulter. « Ce çà qui fait mal », affirme le Dr. « L’individu contaminé vas se rendre compte de la gravité des choses quand il aura atteint le stade de complication », souligne, Dr Thaddée. Il interpelle les gens de se faire consulter à temps étant donné que le traitement de la lèpre reste gratuite.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

98 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 18 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 8 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 3 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 3 %)

Les étudiants bénéficiaires des bourses d’amitié sont mécontents,(popularité : 3 %)

Bras de fer entre déplacés et la CNTB sur le retour vers leurs collines d’avant 1993,(popularité : 2 %)

La route Makamba-Bururi encore impraticable,(popularité : 2 %)

Le Burundi accueille plus de 37 000 rapatriés dès le début du mois de mai,(popularité : 2 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 2 %)

Le poisson frais motive le sit in devant les bureaux HCR,(popularité : 2 %)