Burundi : L’extraction des matériaux de construction ronge les rivières de Bujumbura


Les rivières qui se déversent dans le lac Tanganyika sont menacées par des exploitants qui cherchent des matériaux de construction ; le moellon, le sable, le gravier, mais sans respecter les normes y appropriées. L’expert en environnement Albert Mbonerane indique que le pire s’observe pendant la saison sèche car, les matériaux qui sont extraits ne sont pas remplacés.



Par: Isanganiro , vendredi 15 septembre 2017  à 17 : 11 : 48
a

L’expert en environnement Albert Mbonerane semble personnaliser le lac Tanganyika et les rivières qui s’y déversent pour parler conflit entre eux. Le Tanganyika accuse les rivières de ne pas respecter le code de l’eau, et les rivières jettent la responsabilité aux humains. Les exploitants extraient les matériaux de construction même pendant la saison sèche. Il faudrait faire un curage normé, ce que les gens ne savent peut-être pas.

Les gens qui font l’exploitation, et pas le curage, faut-il le souligner selon l’expert, devraient en principe avoir une autorisation de la part du ministère de l’environnement. Mais ce n’est pas toujours le cas, souligne Albert Mbonerane.

Ce qui est mauvais à en croire toujours M. Mbonerane, c’est que les normes semblent ne pas être l’affaire de ces exploitants. Ils ont besoin d’un intérêt présent, dit-il.

Extraire en soi n’est pas mauvais, dit-il, mais tout devrait respecter la loi en matière de l’environnement.

La protection de l’environnement devrait être une affaire de tout un chacun. Et si aujourd’hui des communes urbaines portent des noms de rivières, ça devrait interpeller plus d’un et leur donner une idée, dira Albert Mbonerane, qui pense au respect du code de l’eau du 26 mars 2012.

Pour l’expert encore, l’extraction de ces matériaux de construction n’est pas mauvaise en soi. Tout ce qui est mauvais c’est que les gens le font n’importe comment et n’importe quand, ignorant que ce sont eux qui en subissent les conséquences.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

155 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 17 %)

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 3 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 3 %)

Journée mondiale de la liberté de la presse : Une célébration sur fond d’inquiétude ,(popularité : 2 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 2 %)

Le calme semble être revenu à la prison centrale de Gitega,(popularité : 2 %)

Afffaire Manirumva : cinq ans après, Rufyiri dans le colimateur du Ministère public,(popularité : 2 %)

Exécution extrajudiciaire : abus de langage au Burundi,(popularité : 2 %)

Divergences de vue sur la vie du président de l’OLUCOME qui serait en danger ,(popularité : 2 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 2 %)