Burundi : L’extraction des matériaux de construction ronge les rivières de Bujumbura


Les rivières qui se déversent dans le lac Tanganyika sont menacées par des exploitants qui cherchent des matériaux de construction ; le moellon, le sable, le gravier, mais sans respecter les normes y appropriées. L’expert en environnement Albert Mbonerane indique que le pire s’observe pendant la saison sèche car, les matériaux qui sont extraits ne sont pas remplacés.



Par: Isanganiro , vendredi 15 septembre 2017  à 17 : 11 : 48
a

L’expert en environnement Albert Mbonerane semble personnaliser le lac Tanganyika et les rivières qui s’y déversent pour parler conflit entre eux. Le Tanganyika accuse les rivières de ne pas respecter le code de l’eau, et les rivières jettent la responsabilité aux humains. Les exploitants extraient les matériaux de construction même pendant la saison sèche. Il faudrait faire un curage normé, ce que les gens ne savent peut-être pas.

Les gens qui font l’exploitation, et pas le curage, faut-il le souligner selon l’expert, devraient en principe avoir une autorisation de la part du ministère de l’environnement. Mais ce n’est pas toujours le cas, souligne Albert Mbonerane.

Ce qui est mauvais à en croire toujours M. Mbonerane, c’est que les normes semblent ne pas être l’affaire de ces exploitants. Ils ont besoin d’un intérêt présent, dit-il.

Extraire en soi n’est pas mauvais, dit-il, mais tout devrait respecter la loi en matière de l’environnement.

La protection de l’environnement devrait être une affaire de tout un chacun. Et si aujourd’hui des communes urbaines portent des noms de rivières, ça devrait interpeller plus d’un et leur donner une idée, dira Albert Mbonerane, qui pense au respect du code de l’eau du 26 mars 2012.

Pour l’expert encore, l’extraction de ces matériaux de construction n’est pas mauvaise en soi. Tout ce qui est mauvais c’est que les gens le font n’importe comment et n’importe quand, ignorant que ce sont eux qui en subissent les conséquences.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

189 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR





Les plus populaires
Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école ,(popularité : 13 %)

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison ,(popularité : 11 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 5 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 5 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 4 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 4 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 4 %)

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC,(popularité : 4 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 4 %)

Le sénat valide la nomination de six magistrats,(popularité : 4 %)