Une trentaine des refugiés burundais tués à Kamanyora en RDC ce vendredi


Alors que ces burundais se rendaient à une position militaire pour demander des nouvelles des quatre burundais arrêtés, les sources sur place informent qu’ils ont reçu des balles des militaires et 34 burundais sont morts dans la fraicheur des faits et une centaine blessée, une tragedie dans laquelle la RDC et le HRC sont les premiers responsables à rendre compte selon un expert en droit international.



Par: Isanganiro , samedi 16 septembre 2017  à 15 : 13 : 13
a

D’après les rescapés, des coups de feu ont été entendus ce vendredi à Kamanyora dans le territoire de Warungu en République démocratique du congo. Il s’agissait des forces de l’ordre congolaises qui tiraient sur les refugiés burundais qui s’étaient rendu à leur poste pour demander les nouvelles des 4 refugiés qui avaient été arrêtés le week-end dernier.

Les mêmes rescapés précisent qu’ils avaient entendu que les leurs avaient été envoyés au Burundi. Le bilan de ces fusillades n’est pas du tout moindre : 34 refugiés burundais ont été touchés par ces balles et morts sur champs et près de 120 autres blessés. Les refugiés qui ont reçu ces balles sont ceux qui se sont organisés pour louer des maisons et survivre malgré leur situation d’exil.

Selon un expert en droit international, ce sont les autorités congolaises et le HCR qui sont les premiers responsables à rendre compte de cette tragédie de Kamanyora. Maitre Jacques Bitababaje explique que malgré tout, les burundais qui ont quitté le pays pour diverses raisons doivent être protégés par la loi du pays d’accueil. Pour lui, des enquêtes devraient être menées dans l’urgence pour que les auteurs soient identifiés et punis conformément à la loi.

Selon les sources sur place, près de 3500 refugiés habitent dans une société congolaise dans cette localité de Kamanyora.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

182 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Gihanga : 12 vaches frisonnes du PNSADRIM mortes trois semaines après distribution



a

Burundi : Des accidents de roulage s’amplifient



a

Burundi : Condamnation à perpétuité contre un officier de police qui a tué sa femme



a

Bujumbura : La voierie urbaine rongée par des nids de poule



a

Bujumbura : des poteaux des feux tricolores sont menacés



a

Rumonge : Mugerangabo a débordé



a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail





Les plus populaires
Gihanga : 12 vaches frisonnes du PNSADRIM mortes trois semaines après distribution,(popularité : 6 %)

Mugara : Climat malsain entre les fideles de l’église UEPEBU ce dimanche ,(popularité : 4 %)

Terrorisme : L’ambassade des Etats Unis au Burundi fermée, l’armée tranquillise ,(popularité : 4 %)

Les détenus sont grève ,(popularité : 4 %)

Aide militaire américaine de 13,1 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 4 %)

Certains agents du pouvoir l’ont torturé,(popularité : 4 %)

Le début de l’année devrait être prometteur,(popularité : 4 %)

L’Etat Major de l’armée fait le bilan de la situation sécuritaire au Burundi ,(popularité : 4 %)

France 24 absent au menu jeudi soir : Star Times et ARCT s’expliquent, l’armée tranquillise ,(popularité : 4 %)

Plus de 60 femmes vendeuses incarcérées à la PSR ,(popularité : 4 %)