Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique


Un contrat de fourniture d’électricité sur 10 ans entre Bujumbura et un homme d’affaire burundo-tanzanien a été signé. La centrale thermique fournira 30 mégawatts. Des réactions fusent.



Par: Isanganiro , mardi 19 septembre 2017  à 15 : 40 : 50
a

La nouvelle grille de tarification du courant électrique a été annoncée en fin de semaine dernière par le directeur général de la régie nationale de distribution de l’eau et de l’électricité. Jéroboam Nzikobanyanka précise qu’avec ce contrat avec le patron de la société Inter pétrole permettra aux burundais de la capitale comme ceux de l’intérieur d’avoir cette énergie 18h par jour.

Qui est cet homme d’affaire ?

Il s’appelle Taruku Bachir ; un opérateur privé, ayant le monopole d’importation des produits pétroliers à plus de 90 %. Il reçoit la quasi-totalité des devises de la banque centrale pour l’importation de l’or noir. Utilisant le corridor nord, voie routière reliant Bujumbura au port de Mwanza en Tanzanie passant par les provinces nord du Burundi ; les camions poids lourds de cet entrepreneur font l’essentiel de la circulation.

Un contrat sur 10 ans

Ce contrat est signé, dit le directeur général de la Regideso, pour pallier au problème de délestage, (façon de fournir l’électricité à tour de rôle) que vivent différents quartiers de la capitale ainsi que l’intérieur du pays depuis février de cette année). Ce manque est dû à la diminution de l’eau dans le principal barrage hydro électrique de Rwegura en province Kayanza, un barrage construit en 1980. Cette rotation dans l’approvisionnement en électricité paralyse les activités surtout dans les quartiers populaires, favorisant également le banditisme durant la nuit.

L’Observatoire burundais contre la corruption et les malversations économiques OLUCOME remet en doute les différentes promesses du pouvoir sur la construction d’au moins deux barrages hydroélectrique avec fin 2018 notamment le barrage de Jiji - Murembwe (49 mégawatts) et Kaburantwa (20 mégawatts). D’autres barrages sont partagés soit entre le Burundi, le Rwanda et la Tanzanie. De ces barrages, le Burundi bénéficiera respectivement 27 mégawatts et 49 mégawatts, avait annoncé Côme Manirakiza, ministre burundais de l’intérieur le 29 décembre 2015 à la chambre basse du parlement burundais. Promesses non tenues, regrette Rufyiri. Aujourd’ hui, le ministre Manirakiza explique l’échec par le désengagement des partenaires européens avec la crise de 2015.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

273 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 2 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 2 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 2 %)

Comment assoir une justice fiscale au Burundi ? ,(popularité : 2 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 2 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 2 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 2 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 2 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 2 %)