Le rapatriement volontaire en cours au Burundi


Plus de 500 refugiés burundais ont regagné le pays ce mardi. Ces ex-occupants du camp de Nduta, tous de la province de Rutana, accueillis provisoirement dans un centre de transit de Gitara dans la province de Makamba ont un delai e de 48heures pour rejoindre leur province natale. Le gouvernement burundais les appelle à répondre aux travaux de développement.



Par: Isanganiro , mardi 19 septembre 2017  à 20 : 11 : 47
a

Ils sont majoritairement des enfants et femmes, ces refugiés qui sont rentrés ce mardi du camp de Nduta en Tanzanie. Ils ont été accueillis dans un centre de transit de Girata en commune Mabanda de la province Makamba par les représentants du gouvernement du Burundi et le haut commissariat pour les refugiées, HCR. Ils sont au nombre de 503 issus de 137 familles. Beaucoup d’entre eux disent avoir fui le pays suite à la crise qu’a connu le Burundi depuis 2015. " Nous avons vu les autres partir après le putsch manqué et nous pensions qu’on allait nous faire du mal", témoigne un de ces rapatriés.

D’autres de ces burundais affirment avoir quitté le pays suite à la pauvreté qui sévissait dans leurs ménages. "Je ne voyais pas comment nourrir ou vêtir mes enfants suite à la misère. De là, j’ai décidé de suivre les autres pour sauver la vie ", explique une dame.

Aujourd’hui, ces burundais reconnaissent qu’ils ont préféré dire au revoir au camp des refugiés suite à un message d’apaisement du gouvernement du Burundi. "Je suis partie avec mes six enfants laissant mon époux au Burundi et maintenant je rentre sain et sauf de mon propre gré", ajoute une autre femme fière de rejoindre sa famille avec toute sa progéniture.

Pascal Barandagiye, le ministre burundais, lui aussi qui était à Gitara, appelle ces rapatriés à s’atteler aux travaux de développement et de ne pas être obstacles à la paix. Et de remercier le gouvernement tanzanien et autres parlementaires qui n’ont ménager aucun effort pour faciliter le retour de ces burundais.

Ces rapatriés , tous originaires de la province de Rutana, ont un delai ne dépassant pas de 48 heures dans ce camp de transit de Gitara pour rejoindre leurs familles dans leur province natale. Leur paquet de retour est constitué en autre des vivres pour une période de trois mois qui équivalent à 40 dollars américains pour un adulte et 20 dollars pour les meneurs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

154 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Un conducteur de vélo abattu par balle aux yeux des passants



a

Cibitoke : Une attaque à la grenade occasionne un bilan lourd



a

Burundi : Le gouverneur de Rumonge suspend les voyages des burundais vers la RDC



a

Le HCR s’en lave les mains !



a

Gihanga : 12 vaches frisonnes du PNSADRIM mortes trois semaines après distribution



a

Burundi : Des accidents de roulage s’amplifient



a

Burundi : Condamnation à perpétuité contre un officier de police qui a tué sa femme



a

Bujumbura : La voierie urbaine rongée par des nids de poule



a

Bujumbura : des poteaux des feux tricolores sont menacés



a

Rumonge : Mugerangabo a débordé





Les plus populaires
Burundi : Un conducteur de vélo abattu par balle aux yeux des passants ,(popularité : 6 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 3 %)

Un prêtre catholique échappe de justesse à un lynchage par des imbonerakure à Makamba,(popularité : 1 %)

Attaque à Cibitoke : Un silence intriguant du gouvernement ,(popularité : 1 %)

Intamba mu Rugamba : Les pros commencent à arriver,(popularité : 1 %)

Muyinga : Panique au centre de Mugano à Giteranyi à la suite du passage d’hommes armés ,(popularité : 1 %)

Après l’arrestation d’un pasteur d’une église à Gashasha, certains parmi la population paniquent,(popularité : 1 %)

La sécurité manque au Burundi : Le pouvoir interpellé,(popularité : 1 %)

L’armée demande un soutien de la population pour lutter contre l’insécurité,(popularité : 1 %)

La sécurité de la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance ,(popularité : 1 %)