Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés.


A l’occasion de la célébration de la journée internationale dédiée à l’habitat, célébrée le 3 Octobre de chaque année, la Radio Isanganiro s’est rendu dans la zone Buterere. La population de la Kiyange demande une assistance pour avoir un logement convenable.



Par: Isanganiro , mardi 3 octobre 2017  à 18 : 02 : 33
a

Au quartier Kiyange II à la 8eme avenue dans la zone Buterere de la commune urbaine de Ntahangwa au domicile numéro 5 habite Jeannette Sindayihebura. Cette mère de six enfants vit dans une maisonnette d’une seule petite chambre et le salon. En plus d’être étroite, sa hutte comprend des fissures et elle est au pont de s’effondrer. Cette famille dort à même le sol sur des nattes déchirées et sans couverture. Sindayihebura indique qu’elle trouve à peine de quoi manger et à nourrir ses six enfants.

‘Je vois souvent des associations des humanitaires qui passent ici et je me suis fait enregistrer plusieurs fois mais personne n’est revenu pour m’apporter une aide’, déplore Jeannette Sindayihebura. ‘Je demande que je sois assistée ; la vie est difficile, mon mari m’a quitté’, insiste-t-elle complètement déboussolée.

A quelques mètres se trouve la résidence d’une vieille femme de plus de 80 ans. Elle habite dans une maison dont la toiture est trouée. Cette octogénaire fait savoir qu’elle habite dans une même maison, malgré son exiguïté, avec ses petits enfants dont sa petite fille mariée.

Ces habitants demandent qu’on leur vienne en aide avant le début de la saison pluvieuse. Ils redoutent que la situation se détériore pendant la saison des pluies.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

120 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 12 %)

Des passagers manquent des bus à la gare du Nord,(popularité : 7 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 6 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 6 %)

La Télévision Nationale : Des fortes pluies ont endommage son émetteur ,(popularité : 6 %)

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 5 %)

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise ,(popularité : 5 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 5 %)

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption,(popularité : 5 %)

Rumonge : L’ACPDH aux côtés des rapatriés et vulnérables du site Gahore,(popularité : 4 %)